Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Operation "MOLOT"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Avr 22, 2011 19:28    Sujet du message: Operation "MOLOT" Répondre en citant

21 décembre (J-30)

Alors qu’un temps sec et anticyclonique s’étend de Kiev à la Mer Noire (avec des températures faiblement négatives), se déclenche l’opération « Molot » (Marteau). Elle vise les forces Roumaines sous le commandement de Von Schobert.

11th ARMEE, Romania (von Schobert)


3ème Armée Roumaine Ltn. Gen. Petre Dumitrescu
Corps de montagne :
1ère Brigade de montagne, Maj. gen. Mihail Lascar,
2ème Brigade de montagne Maj. general Ioan Dumitrache,
4ème Brigade de montagne
Corps de cavalerie :
6ème Brigade de Cavalerie
8ème Brigade de Cavalerie
7ème Division d’Infanterie Roumaine

XI. Armeekorps, Romania (von Kortzfleisch)

1ère DB roumaine Brig. gen. Constantin Panaitiu
6ème Division d’Infanterie Roumaine

XXX AK (von Salmuth)
198. Infanterie-Division (Röttig)
8ème Division d’Infanterie Roumaine
14ème Division d’Infanterie Roumaine
13ème Division d’Infanterie Roumaine

VI. Corps (Roumain) Maj. gen. Corneliu Dragalina

2ème Division d’Infanterie Roumaine (brig. gen. Dumitriu Tudose),
18ème Division d’Infanterie Roumaine (Maj. general Radu Băldescu),
20ème Division d’Infanterie Roumaine
5ème Brigade de Cavalerie.

La 1ère DB Roumaine dispose, à ce stade de la guerre, de 85 chars R2 (très similaires au Skoda T35) et de 20 Skoda Pz(T)35. Les trois brigades de cavalerie disposent chacune de 6 chars légers R1 (char tchèque dont fut dérivé le Pz(T)3Cool. Une compagnie indépendante de chars de combat avec 12 Renault R35 est rattachée au QG du XI corps, tandis qu’une autre, initialement destinée à l’entraînement, est rattachée au VI Corps roumain. Ce sont donc au total 147 chars, tous obsolètes, qui équipent les forces roumaines. Le XI Corps dispose en outre de 11 « PanzerJäger » « Marder-2 » armés d’un canon de 50-mm.

Ces unités s’étagent du nord au sud.



Ces forces ont été affaiblies par le prélèvement de 4 divisions pour renforcer les défenses à Rovno et Korosten. Le commandement soviétique, informé par « L’Ancien » (Harro Schulze-Boysen) et « le Corse » (David Harnnack) cible la jonction entre la 3ème Armée Roumaine et le XI Corps ainsi que le VI Corps roumain.
Compte tenu de l’engagement de l’aviation allemande autour de Kiev ainsi que sur Gomel et Orsha (sans oublier le ravitaillement de la poche de Taraschcha) seule l’aviation Roumaine (FFAR) est en mesure d’apporter son soutien aux forces de l’Axe.

255 avions de combat dont 201 en état de vol.

1ère Flottille de Bombardement : 63/47
1er Groupe de Bombardement: 71 et 72 Escadrons de Bombardement (S-79B)
4ème Groupe de Bombardement: 76 et 77 Escadrons de Bombardement (Ju-87D et IAR-81)
5ème Groupe de Bombardement: 78, 79 et 80th Escadrons de Bombardement (He-111H3)
2ème Flottille de Bombardement : 36 / 31
2ème Groupe de Bombardement: 74 et 75 Escadrons de Bombardement (JRS-79B)
82ème Escadron de Bombardement (He-111 H3)
18ème Escadrons de Bombardement (IAR-37)
2nd Observation Flotilla : 48/39
11th Observation Squadron (IAR 3Cool
12th Observation Squadron (IAR 3Cool
13th Observation Squadron (IAR 3Cool
14th Observation Squadron (IAR 39)
1st Fighter Flotilla :108 / 84
5th Fighter Group: 51st and 52nd Fighter Squadrons (IAR-80)
7th Fighter Group: 56th, 57th and 58th Fighter Squadrons (Bf-109E/ F)
8th Fighter Group: 41st, 59th and 60th Fighter Squadrons (IAR-80 & IAR-81 au 59eme )
1st Escadron de chasse à long rayon d’action (Bf-110 C/D)

Face à ces forces disparates, les soviétiques déploient pour les 2 Fronts impliqués dans l’offensive :

Front De L’Ukraine du Sud : Col. Gen. Ya.T. Tcherevichenko
QG à Pervomajsk


9ème Armée: General Major Kharitonov
14ème Corps d’Infanterie : 25ème DI (Imeny Chapaeva), 51ème DI, 95ème DI, General Major D.G. Jegerov
48ème Corps mixte : 176ème DI, 74ème DI, 9ème Division de Cavalerie. (Gen R. Malinovsky)
69 Corps Blindé
454ème Brigade AT
265ème Division d’artillerie

2ème Armée de Choc (Udarnye). Général K.S. Moskalenko
1 Corps Blindé,
196ème brigade de chars
864ème et 866ème bataillons de chars indépendants
10ème Corps Mixte (267ème et 268ème divisions d’infanterie, 19ème Division de cavalerie)
17ème Corps d’Infanterie (272ème DI, 274ème DI, 276ème DI)
345ème et 347ème Brigades d’Artillerie
317ème Bataillon d’Artillerie à Haute Puissance


Front d’Odessa : Maj.Gen V.I. Chistiakov

20ème Armée : Gen Nikandr E. Chibisov

9ème Corps Blindé
201st brigade de chars (lourd)
210ème et 24ème Divisions motorisée.
29ème Corps d’Infanterie (345ème , 95ème et 109ème RD)
456ème Brigade indépendante anti-chars

Armée Côtière : Gen. I. Ye. Petrov

59ème Corps d’Infanterie (157ème, 172ème et 421ème RD)
457ème Brigade indépendante anti-chars
Corps de cavalerie d’Odessa (2ème et 40ème Div. De Cavalerie, 388ème DI) (General Major P.A. Belov)
Corps d’infanterie de Marine : 7ème, 8ème et 79ème Brigades d’infanterie de Marine

367ème et 369ème Brigades d’Artillerie.
318ème et 355ème Bataillons d’Artillerie à Haute Puissance

Ces forces disposent des chars suivants :
KV-II : 47
KV-1.1D/85 : 254
T-34 : 645
T-50 : 312
T-26 : 231
BT-5/BT-7 : 164
SU-122 : 84
SU-76 : 131
SU-57/45 : 312
SU-76/II (sur base de T-26) : 33

Si le déséquilibre est grand dans le domaine des blindés, il ne l’est pas moins en ce qui concerne l’aviation. La 4ème Armée Aérienne qui couvre l’opération « Molot » comprend :

Aviation : 1420 avions de combat /1013 en état de vol
(Ces chiffres ne comprennent pas l’aviation de patrouille maritime ni les hydravions).

Chasse : 435/ 310
216 IAD (45 IAP, 55 IAP, 298 IAP) : 87 / 61 MiG-3U/UD/UT et 42 / 31 Yak-1
217 IAD : 124 /87 Yak-1
32 IAP : 45 / 37 Yak-9
39 IAP : 42/ 32 LaG-5

VVS-MF (aéronavale)
6ème , 9ème IAP : 41 /30 MiG-3 U/UD et 44 /32 Yak-1

Bombardement : 441/ 317

219ème BAD : 117 / 83 Pe-2
218ème NBAD : 107 / 72 DB-3
229ème BAD : 80 / 51 DB-3F, 44/36 Pe-2

VVS-MF
3ème SAG : 18 Pe-8 + 36 Yak-1 (16 et 31)
23ème BAP(MT) : 39/28 DB-3

Assaut : 268 / 192

230ème SAD : 84/ 61 Il-2 et 48 /34 I-153
233ème SAD : 46/ 32 Il-2 et 90 / 65 I-153

Reconnaissance : 80/59

47 RAP : 42/ 31 Pe-2
147 RAP : 18/14 Yak-1 et 20/ 14 MiG-3UR

IA-PVO : 196/ 135
123-IAP 84/ 57 MiG-3 U/UT
126-IAP 112 / 78 MiG-3 U/UT


Le plan reprend, adapté aux conditions, celui que G. K. Joukov avait présenté lors du deuxième « Kriegspiel » de janvier 1941 qui s’était tenu au Kremlin. Il s’agit de percer les lignes roumaines et de refouler les armées Roumaines jusqu’au Prut, puis – en contournant les montagnes – d’avancer vers Bucarest. Un débarquement étant prévu pour encercler sur la côte les forces roumaines se repliant.
Cette manœuvre n’était pas sans ressembler à celle de l’armée Tsariste, à la fois en 1877 (contre les Turc) ou en 1916, et il faut rappeler que Joukov avait servi lors de cette dernière offensive.
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Avr 24, 2011 12:42    Sujet du message: Molot--OdB modifé Répondre en citant

Modifications sur l'OdB air soviétiques, suite à prise en compte des unités de l'aéronavale:

Aviation : 1499/1068

Chasse : 435/ 310
216 IAD (45 IAP, 55 IAP, 298 IAP) : 87 / 61 MiG-3U/UD/UT et 42 / 31 Yak-1
217 IAD : 124 /87 Yak-1
32 IAP : 45 / 37 Yak-9
39 IAP : 42/ 32 LaG-5

VVS-MF (aéronavale)
8ème , 32ème IAP : 41 /30 MiG-3 U/UD et 44 /32 Yak-1

Bombardement : 520/ 372

219ème BAD : 117 / 83 Pe-2
218ème NBAD : 107 / 72 DB-3
229ème BAD : 80 / 51 DB-3F, 44/36 Pe-2

VVS-MF
3ème SAG : 18 Pe-8 + 36 Yak-1 (16 et 31)
63ème BAB avec 2ème BAP (MT) : 39/28 DB-3, 40ème et 62ème BAP (79/55 Pe-2)

Assaut : 268 / 192

230ème SAD : 84/ 61 Il-2 et 48 /34 I-153
233ème SAD : 46/ 32 Il-2 et 90 / 65 I-153

Reconnaissance : 80/59

47 RAP : 42/ 31 Pe-2
147 RAP : 18/14 Yak-1 et 20/ 14 MiG-3UR

IA-PVO : 196/ 135
123-IAP 84/ 57 MiG-3 U/UT
126-IAP 112 / 78 MiG-3 U/UT

Aviation de coopération avec la Flotte. 116/81

116ème ORAP (28/21 MBR-2 et 14/10 GST (Catalina produits sous licence à Taganrog)
119ème ORAP (25/19 MBR-2 et 12/9 GST)

6ème ARE : 7/5 MBR-2
7ème ARE : 7/4 KOR-1
9ème ARE : 9/6 I-153
11ème ARE : 5/3 KOR-1
14ème ARE : 6/4 MBR-2
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Avr 25, 2011 18:33    Sujet du message: MOLOT-suite Répondre en citant

21 décembre (J-30) (Suite)

Après une préparation d’artillerie de deux heures environs, commencée à 05h45 et terminée à 07h53 les troupes soviétiques se jettent à l’attaque.

Le cœur de l’attaque lancée par les forces du Front d’Ukraine du Sud se situe à 100 km au sud de Pervomaysk. Le premier échelon est composé d’une partie du 14ème Corps (la 25ème DI « Vassili Tchapaev », du 17ème Corps (2ème armée de Choc) de la 267ème DI (10ème Corps Mixte) et des 196ème Brigade de Chars, 864ème et 866ème bataillons de chars. Ces forces frappent à la jonction de la 3ème Armée Roumaine et du XI corps (von Kortzfleisch). Dans la matinée, les premières lignes de défense sont conquises mais le Col. Gen. Ya.T. Tcherevichenko note une forte résistance de la part de la 1ère Division Blindée Roumaine. La décision est prise alors d’engager le second échelon (1er Corps Blindé, 268ème divisions d’infanterie, 19ème Division de cavalerie) ainsi que la 454ème Brigade Anti-Chars. Vers 15h30, les restes de la 1ère DB roumaine se replient en deçà de la ligne de chemin de fer Ternopol-Odessa avec moins de 25 chars en ordre de marche. La ligne de chemin de fer est atteinte par les Soviétiques en 3 endroits vers 19h00.

Au sud, les troupes du Front d’Odessa attaquent depuis l’enceinte extérieure de la ville vers le sud-ouest. L’armée côtière attaque avec le 59ème Corps appuyé par la 201ème Brigade de Chars lourds et des éléments du 9ème corps blindés. Le VI. Corps roumain (Maj. gen. Corneliu Dragalina) tente de résister mais la 18ème DI éclate sous les coups de boutoirs des soviétiques. Une aide est demandée au XXX. Corps et von Salmuth décide d’envoyer la 198ème ID pour contre-attaquer dès le lendemain.

Les opérations aériennes ont été très intenses, avec 1500 sorties enregistrées pour les VVS qui saturent complètement les FFAR. Les troupes roumaines sont soumises à des bombardements dans toute la profondeur de leur dispositif de défense et l’intervention des avions d’assaut contribue à décourager von Salmuth d’engager immédiatement la 198ème ID.
On note la perte de 34 appareils pour les VVS mais 49 avions des FFAR sont détruits (dont18 au sol). Par ailleurs, la violence des attaques aériennes et le niveau d’activité des VVS interdisent au commandement, qu’il soit Allemand comme Roumain, de se faire rapidement une idée précise de la situation.

Devant la tournure favorable prise par l’offensive, Joukov, l’Amiral Oktyabrsky et le commandant du Front d’Odessa, le Général Chistiakov, décident de passer à la phase « 2 » avec l’introduction du second échelon (le Corps de cavalerie d’Odessa (2ème et 40ème Div. de Cavalerie, 388ème DI, commandées par le General Major P.A. Belov) et la préparation d’un débarquement qui sera effectué par les 7ème, 8ème et 79ème Brigades d’infanterie de Marine. À partir de 21h30 les troupes de Marine commencent à embarquer sur les navires désignés à cet office.

22 Décembre (J-31)

Le temps reste toujours anticyclonique sur la zone.
Bien couvertes par les VVS (qui effectuent 1400 sorties dans la journée), le second échelon de l’attaque septentrionale avance rapidement vers l’Ouest. Les restes de la 1ère DB roumaine renforcés par les Marder-2 du XI Corps et les Renault R-35 battent en retraite vers Tiraspol sous la pression constante des forces soviétiques. Tiraspol et Kichinev sont bombardés à plusieurs reprise par les VVS et la panique s’empare des échelons arrières qui fuient rapidement Tiraspol. Au début de la soirée, les troupes soviétiques commencent à s’infiltrer dans la ville où des combats auront lieu toute la nuit. Mais, Tiraspol est dépassée par les hommes du 1er Corps Blindé qui foncent vers Kishinev, en ayant parcouru près de 100km en deux jours. Une contre-attaque menée par la 1ère Brigade de Montagne et les 6ème et 8ème Brigades de Cavalerie le long de la voie ferrée Ternopol-Odessa est cassée par l’artillerie soviétique et la 454ème Brigade Anti-Chars. Ces forces sont à leur tour l’objet d’une contre-attaque de la part d’éléments du 48ème Corps Mixte et sont obligées de se retirer rapidement vers le nord.

Plus au sud, la contre-attaque de la 198ème ID, après des gains locaux, est arrêtée par les forces soviétiques. Ces dernières passent le Dniestr d’assaut et continuent d’avancer vers le sud-ouest. Le Corps de Cavalerie d’Odessa (Gen. Belov) est alors engagé comme second échelon pour accélérer l’avance des troupes et commencer l’exploitation de la percée.

La situation devient critique pour le commandement Germano-Roumain. Von Salmuth signale à Von Schobert que le XXX Corps, dont la 8ème DI s’est portée sur Tiraspol est en passe d’être encerclé. Les troupes roumaines manquent trop d’armes anti-chars pour être en mesure d’arrêter l’offensive qui menace de tourner rapidement à la catastrophe et de menacer la Roumanie.
Vers 17h45 von Schobert joint Rastenburg où les nouvelles qu’il donnent sonnent comme un coup de tonnerre dans la préparation du « Noël de Sang » italien. Après une conférence houleuse, Hitler décide d’envoyer d’urgence une force composée des 26ème et 27ème PzDiv (constituées en France) avec la 227.ID sur Jassi et la 27ème PzDiv et la 268. ID sur Rovno., en dépit de l’opposition de l’OKH qui considère ces divisions comme encore insuffisemment entraînées pour être engagées. Appelant von Manstein dans la nuit, il lui ordonne de partir « toutes affaires cessantes » pour Jassi afin de se mettre à la tête de ce « puissant groupement » et de stabiliser le front « coûte que coûte ». La décision est prise un peu plus tard d’envoyer les 10. ID et la 267 ID qui se reconstituent après les combats de « Mars » aussi sur Jassi. Cette décision horrifie Halder, car ces deux divisions sont loin d’avoir reconstituées leurs forces.

Pendant ce temps, à Odessa, les ordres sont donnés par l’Amiral Oktyabrsky pour l’engagement immédiat des 3 brigades navales dans un débarquement qui doit leur permettre de faire la jonction avec les troupes du 2ème échelon de « l’Armée Côtière ». Les navires quittent Odessa à 21H00 et rejoignent vers 23h30 la force de couverture.
Ce débarquement, dont le principe avait été acté avant même le début de l’offensive, sera couvert par une force venant de Sébastopol :

Force de couverture :
Cuirassé Parizhskaja Kommuna, Croiseur moderne Molotov, Croiseur ancien Krasnyi Krym, Conducteur de Flottille : Tashkent, Destroyers : Ognevoi, Otverzhdyonnyi, Smyshlonnyi, Soobrazitelnyi, Sovershennyi, Sposobnyi, Bodryi, Bystry.

Force de débarquement (* indique un navire transportant des troupes) :
Croiseur moderne : Voroshilov, Croiseurs anciens : Krasnyi Kavkaz, Pamjat Merkurija, Conducteur de Flotille : Tashkent, DD Bezuprechnyi, Svobodnyi, DD anciens : Dzerzhinskij, Zheleznjakov, Nezamozhnik*, Shaumjan*, Escorteurs : Leopard, Tigr, Ryc’, Krasnyy Adzharistan, les draguers d’escadre Ivan Borisov*, Sergei Shuvalov* et Semion Roshal*, dragueurs T403, T404, T405, T406, T407, T408, T409, T410.
8 unités de transport transportent le reste des troupes et l’équipement. Abkhazya, Armenia, Belostock, Bol’shevik, Dnepr, Kalinin, Zan et Zhores et sont sous la conduite du croiseur auxiliaire Mikoyan..
Les 1ère et 4ème divisions de vedettes assurent l’éclairage et la 3ème division de vedette ainsi que la 2ème division de chasseurs de sous-marins assurent la protection immédiate ainsi que le transport des troupes. La 3ème division de chasseurs de sous-marins assure l’escorte rapprochée.

Les hydravions du 116ème ORAP assurent eux aussi une partie de l’éclairage tandis que les avions des 8ème et 32ème IAP (chasseurs) et de la 63ème BAB (bombardement) sont chargés de la protection des opérations.

23 décembre (J+32)

À 6h40 un radiogramme apprend au Général Model qu’il doit quitter au plus tôt Varsovie pour prendre le commandement des forces allemandes stationnées entre Rovno et Korosten.

Le débarquement des 3 brigades commence, sans opposition, à 8h20 autour de Liman. Les principales difficultés viendront de l’étroitesse des plages choisies et des difficultés à déposer le matériel lourd sans navire spécialisé. Cependant, dès 10h30, les T-26 de la 8ème brigade sont à pied d’œuvre. Emportant sur leur dos jusqu’à 5 soldats, ces chars s’avancent vers Tatarbunary, qu’ils atteignent vers midi, juste après un bombardement exécuté par 18 Pe-2 du 62ème BAP. À ce moment, la 7ème Brigade a elle aussi débarquée et commence le débarquement de la 79ème.


Brigade d’Infanterie de Marine:

3 bataillons de fusiliers marins
2 compagnies de débarquement.
1 bataillon d’artillerie (18 x 76-mm)
1 bataillon de mortiers légers (24 x 82-mm)
1 bataillons de mortiers lourds (18 x 120-mm)
1 compagnie AA (12 x 12,7-mm AA)
1 Bataillon anti-chars (12 x 45-mm AC + 18 PTRS fusils anti-chars).
1 compagnie de chars (10 x T-26)
1 compagnie de sappeurs-mineurs
1 compagnie de signaux.

Total: 5300 hommes, 18 x 76-mm, 22 x 45-mm (dont 10 sous blindage), 18 x mortiers de 120-mm, 24 mortiers de 82-mm. 10 x T-26.


La coupure de la route côtière plonge le VI. Corps Roumain dans la confusion la plus profonde. Alors que la 20ème DI se bat contre les hommes du Général Belov (Corps de Cavalerie d’Odessa), l’annonce que des troupes soviétiques opèrent sur ses arrières provoque un début de panique. Des éléments de la 5ème Brigade de Cavalerie qui se portent à la rencontre de l’ennemi sont décimés par le tir de 6 T-26 qui prennent la route en enfilade. Leur repli vers l’est provoque un surcroît de panique et il faut tout l’autorité du Général Dragalina pour éviter un effondrement complet.
Mais le mal est fait. À 14h45 le Maj. general Radu Băldescu donne l’ordre aux restes de la 18ème DI de décrocher vers l’Ouest en empruntant la route qui court à l’intérieur des terres, mouvement bientôt imité par la 2ème DI. Le bataillon de Chars et le bataillon de reconnaissance motorisée de la 40ème Division de cavalerie soviétique bousculent les hommes du général Băldescu qui sont à découvert et la 18ème DI perd rapidement toute forme. À 16h50, alors que l’obscurité commence à tomber sur le champ de bataille, les éléments avancés de la 40ème Division de Cavalerie font leur jonction avec les fusilliers-marins de la 8ème Brigade à Tatarbunary puis poussent vers l’Ouest, n’hésitant pas à circuler tout phares allumés. Ce mouvement provoque l’encerclement de la 20ème DI Roumaine ainsi que d’une partie de la 18ème DI. Cependant, les soldats soviétiques sont trop peu nombreux pour que l’encerclement soit réellement étanche est des groupes de plusieurs centaines de soldats roumains arrivent à s’échapper, mais après avoir abandonné les armes lourdes.
Il faut signaler que les FFAR, en dépit d’une situation très défavorable, tenteront l’impossible pour arrêter le désastre. Un raid de 9 JRS-79B bombarde Tatarbunary sans grands résultats à 15h10 mais sans pertes. Par contre un autre raid de 6 He-111H3 tombe vers 16h50 dans une embuscade tendue par les chasseurs de l’Aéronavale soviétique et perd 4 de ses avions sans pouvoir attaquer la petite ville.

Plus au nord, ayant compris l’inanité de la contre-attaque, les soldats allemands de la 198e ID se replient vers Tiraspol, en compagnie de 13ème et 14ème DI Roumaines. Mais la ville est déjà en partie investie par la 268ème DI soviétique, flanquée de la 19ème Division de Cavalerie. Les informations font alors état de ce que le 1er Corps Blindé soviétique s’approche de Kichinev. Aussi, les survivants allemands et roumains, auxquels se sont agrégés les rescapés de la 1ère DB Roumaine (à laquelle il ne reste que 6 chars en ordre de marche), entament-ils un mouvement de repli vers l’ouest. Cependant, le franchissement du Dniestr se fait sous de constants bombardements de l’aviation Soviétique et, à 15h55 le dernier pont est détruit, laissant près de 10 000 hommes sur la rive droite en aval de Tiraspol, où ils seront faits prisonniers.

24 décembre (J+32)

Dès tôt le matin (7h00) les hommes du 1er Corps blindé soviétique reprennent leur avance. À 11h20 ils entrent dans Kishinev, capturant une partie de la logistique du XI. ArmeeKorps et en particulier d’importants stocks de carburants et de vivres. En dépit d’attaques sporadiques qui sont le fait des survivants de la 6ème DI Roumaine ils prennent alors la route de Jasi, sur laquelle ils s avanceront s’environ une vingtaine de kilomètres. Ce même jour commencent à débarquer à Jasi (après un transfert en train de près de 24h passant par Radom, L’vov, Ivano-Frankovsk et Chernovits les éléments des 10e et 267e ID allemandes. Ces unités n’ont été que partiellement reconstituées depuis les combats de « Mars » auxquelles elles ont participé. Mais, elles sont dotées d’une artillerie anti-chars automotrices, soit sur base de PzKpw-II soit sur base de PzKpw-38(t), et surtout d’une DCA comprenant des canons de 88-mm.

Sur la côte, le désastre se poursuit. Tandis que des groupes de quelques dizaines ou centaines de soldats Roumains marchent vers l’Ouest de manière complètement désorganisée, la 2ème DI Roumaine (brig. gen. Dumitriu Tudose) tente désespérément de freiner l’avancée des Soviétiques, conduits par le Corps de cavalerie d’Odessa (Gen. Belov). Sur la route côtière, la 8ème et la 7ème brigade d’infanterie de marine avancent aussi vers l’ouest, laissant à la 79ème brigade la tache de nettoyer la zone de débarquement et capturer autant de fuyards que possible. Les unités d’infanterie de marine constituent un détachement avancé en combinant les chars T-26 de la compagnie organique ainsi que les camions nécessaires à la traction d’une partie de leur artillerie pour constituer un groupement mécanisée qui se lance sur la route côtière. Dans la soirée, tant les cavaliers de Belov que les marins arrivent à Bolgrad, précédés par les bombardements des VVS.
C’est aussi à l’aviation que revient le rôle de harceler ce que l’on appelle pas encore un « chaudron » mais qui y ressemble déjà, constitué de rescapés de la 198e ID allemande, des 13ème et 14ème DI Roumaines et de la 1ère DB roumaine don le dernier char R2 est détruit dans la matinée. Cependant cette retraite, quoi que coûteuse en matériel et en hommes permet aux survivant de refluer vers l’ouest.

Les 5ème, 6ème et 7ème DI Roumaines, mises au repos dans la régions de Bucarest, font dans le même temps leur arrivée à Galati et à Izmail.
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
folc



Inscrit le: 26 Oct 2006
Messages: 912
Localisation: Rodez

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2011 00:58    Sujet du message: Répondre en citant

Kishinev, c'est bien Chisinau en Bessarabie alias Moldavie ?? Donc la Roumanie d'avant 1940 (reconstituée en 1942) est envahie Question
_________________
Folc

"Si l'ost savait ce que fait l'ost, l'ost déferait l'ost"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3644
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2011 08:14    Sujet du message: Répondre en citant

je suis étonné que dans cette operation il n'y ait pas de volet aéroporté
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joukov6



Inscrit le: 29 Mar 2010
Messages: 296
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2011 08:28    Sujet du message: Répondre en citant

folc a écrit:
Kishinev, c'est bien Chisinau en Bessarabie alias Moldavie ?? Donc la Roumanie d'avant 1940 (reconstituée en 1942) est envahie Question

En même temps en FTL l'Axe n'a pas fait des étincelles sur cette partie du front, c'est à peine s'il a réussis à reprendre la Bessarabie, donc forcément à la première contre-attaque soviétique ça fait mal.
_________________
Le Lion de l'Orgueil ne connait ni rivaux ni égaux. Il trône seul au sommet de l'Univers.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Avr 30, 2011 00:08    Sujet du message: Répondre en citant

pour patzkiller:

Les unités aéroportés ont été utilisées comme infanterie dans la phase d'arrêt de Typhon. Elles sont en reconstitution et devraient être opérationnelles début 43.

Oui, il s'agit bien de Chisinau/Kishinev, qui a déja été le théâtre de combats importants en mai-juin (cf. l'annexe sur Pokryshkin...)

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1774

MessagePosté le: Sam Avr 30, 2011 16:07    Sujet du message: Répondre en citant

On ne peut pas dire que ca chauffe vu la temperature, mais le recul du front roumain va avoir toute une serie de consequences pour les Balkans. Deja, quel est l etat de la navigation sur le Danube? Pas encore de problemes de glace?

Pardon pour l orthographe, je suis en vacances avec un clavier qwerty de lisibilite moyenne.
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Avr 30, 2011 16:13    Sujet du message: Répondre en citant

Au vu des sources le Danube doit être très partiellement gelé. Cela va ralentir sa capacité à servir de voie logistique mais pas l'empêcher.

Les roumains vont essayer d'arrêter l'offensive Soviétique sur une ligne Galati-Izmail, mais potentiellement plus sérieux est la contre-offensive allemande depuis Jasi.

Même si la réussite de cette contre-offensive permet aux forces de l'axe de stabiliser la situation, et de reprendre Kishinev, elle va contribuer à la dispersion de ces dites forces.
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6108
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Jeu Mai 05, 2011 07:33    Sujet du message: Répondre en citant

OTL, von Schobert a été tué lors d'un vol de reconnaissance le 12 septembre 1941 (avec le pilote, le capitaine Suwalek), lorsque son Fieseler Storch se posa à proximité du front dans un champ de mines soviétique.
Il est remplacé à la tête de la 11ème armée par von Manstein.

À voir ...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3644
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Juil 15, 2011 16:48    Sujet du message: Répondre en citant

je ressort ce sujet sur le front de l'est pour ne pas en creer un nouveau.

en cette fin d'année 42 il va y avoir une crise du commandement allemand : elle n'a pas encore eu lieu ou je me trompe?

si c'est le cas, le fait de virer tout le monde ne va pas arranger les affaires du reich en pleine contre offensive sovietique.
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7697

MessagePosté le: Ven Juil 15, 2011 17:10    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu récent un article sur une célèbre unité de fusilier marin soviétique qui devaient s'appeler les "bérets noirs" (ne me demandez pas ce que cela donne en russe). En OTL, ils devaient opérer le long de la Mer Noire. Ils ont en tout cas participé au siège de Sébastopol. En FTL, ils devraient être utilisés de manière plus conforme à leur destination initiale, l'attaque des côtes à partir de la mer. la Roumanie, me semble un excellent point d'attaque.

Je me rappelle qu'ils ont aussi participé à la reprise de la péninsule de Kersh (Crimé) par un débarquement. Au cours de cette bataille, l'armée allemande fit usage de gaz de combat. Je crois que c'est la seule utilisation massive d'une telle arme au cours des combats de 2éme guerre mondiale.

Un équivalent FTL est-il possible ?
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 6108
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Juil 17, 2011 16:49    Sujet du message: Répondre en citant

Messieurs, pensez à ouvrir de nouveaux sujets pour toutes ces questions dans une des sections Discussions.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
matasso



Inscrit le: 04 Sep 2011
Messages: 8
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mar Sep 06, 2011 17:52    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
J'ai lu récent un article sur une célèbre unité de fusilier marin soviétique qui devaient s'appeler les "bérets noirs" (ne me demandez pas ce que cela donne en russe). En OTL, ils devaient opérer le long de la Mer Noire. Ils ont en tout cas participé au siège de Sébastopol.


Attention, le surnom "la mort noire" leur a été donné par les allemands car l'Infanterie de Marine soviétique OTL était souvent encore équipée des uniformes de marins en bleu foncé. De plus ce furent surtout des unités formées en urgence pour utiliser au mieux des effectifs en suplus de la marine pour combler les pertes sur terre.

FTL il est clair que toute attaque soviétique en 1942 sur la Mer Noire aurait eu un volet naval, car la Flote de la Mer Noire était de loin la plus puissante en zone, avec un débarquement entre Constantza et Sulina pour prendre à revers les défenses roumaines sur l'axe, Namoloasa, Galati, ligne traditionnelle de défense contre l'Est et pour prendre le contrôle du delta du Danube. Je pense aussi que sur cette partie du front une attaque aéroportée serait logique avec 3 ou 4 brigades parachutistes de l'Armée Rouge.

Cordialement
Matasso
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com