Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

URANUS-MARS-SATURNE
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Avr 21, 2011 10:24    Sujet du message: Répondre en citant

Et voici jusqu'au 20 décembre.
F

-------


12 décembre (J-21)
La température remonte un peu (moyenne dans la journée de -5,5 °) et un temps sec mais bas va permettre à l’aviation des deux côtés de prendre part aux opérations.

Sous les coups redoublés de Katoukov et Tchernyakovsky, Von Manstein décide de retirer ses troupes et de revenir, par étape, sur Korosten. La Luftwaffe va couvrir comme elle le peut ce repli, mais fait face à des VVS très actives et très mordantes. De fait, les Allemands perdent 29 avions (dont 12 transports) durant cette journée contre 34 pour les Soviétiques. Ce retrait est un coup dur pour les hommes de Von Wietersheim, qui doivent se défendre par ailleurs contre les attaques menées par Rokossovsky sur le sud et l’est de la poche.
Plus au sud, Pliev marque des points contre le groupement germano-hongrois. Dans la soirée, ses forces ont atteint le cours supérieur du Bug, devant Khmel’nytsyi. Quant à Lukin, sa contre-attaque refoule progressivement les troupes roumaines vers leurs positions de départ.

Au nord, la bataille pour Gomel se poursuit, et les Soviétiques ne font que des avancées peu significatives, mais immobilisent toutes les forces Allemandes disponibles.
Devant l’amélioration de la situation, Joukov est rappelé dans la soirée par la Stavka. Il aura une rencontre avec Staline dans la nuit.


13 décembre (J-22)
Même temps que la veille, température moyenne de -5,2°, temps sec et bouché, mais qui n’empêche pas les avions de voler.

Von Manstein arrive à extirper ses forces du piège qui menaçait de se refermer sur elles. Mais les pertes en homme et en matériels sont très lourdes, et les deux divisions de panzer ont perdu environ 75% de leur équipement.
Profitant du gel, les troupes de Pliev passent le Bug et commencent à encercler Khmel’nytskyi. Plus au sud les troupes de Lukin continuent d’avancer et récupèrent une bonne partie du territoire perdu au début de « Wintergarten ».
Plus au nord, la bataille de Gomel fait rage, obligeant la Luftwaffe à diviser ses (maigres) forces. Le ravitaillement de la poche de Tarachtcha est à nouveau suspendu, en dépit des protestations de Von Wietersheim.

Joukov arrive dans l’après-midi à Odessa et commence immédiatement à établir avec les officiers des deux fronts concernés (Ukraine du Sud et Odessa) le plan détaillé de l’opération « Molot » (Marteau), qui reprend, mais de manière très allégée son plan lors du « Kriegspiel » de janvier 1941.
A Rastenburg, Hitler consent à ce que des forces soient prélevées sur le sud du front (face à Odessa), en comptant sur l’armée Roumaine pour combler les pertes. Ce sont donc 4 divisions d’infanterie qui sont désignées pour aller renforcer les forces allemandes autour de Korosten et Rovno :
22ème Division d’Infanterie (von Sponeck)
72ème Division d’Infanterie (Mattenklott)
76ème Division d’Infanterie (de Angelis)
239ème Division d’Infanterie (Neuling)

Dans la nuit, le QG Roumain est informé de la décision allemande et sommé de « compenser » les retraits.

14 décembre (J-23)
La température se radoucit de manière notable et l’on enregistre des températures faiblement négatives (-0,6°) alors que le temps sec se maintient, mais toujours avec une forte couverture nuageuse.

Les forces de Tchernyakovsky tentent d’avancer vers Korosten, mais, durement éprouvées par la bataille continuelle de ces derniers jours elles ne progressent que tr ès lentement. Par contre, sur l’aile gauche des Soviétiques, Katoukov arrive à s’emparer de Novograd-Volyn’sky où il rosse la 60è ID (ou plus exactement ce qui en reste). Seule l’intervention des restes de la 17è Armée, qui tient Rovno, appuyés par des groupes de chasseurs de chars (PanzerJäeger) est en mesure de restaurer un semblant de continuité dans le front.

Antonescu, le Premier-Ministre roumain, adresse dans l’après-midi un message personnel à Hitler où il s’oppose à ce que l’on dégarnisse le flanc sud, arguant que le renseignement roumain a des indications précises sur des concentrations de forces soviétiques. Ce message est lu avec beaucoup de scepticisme à l’OKH où l’on estime que les forces soviétiques sont épuisées par les combats répétés autour de Kiev.

Or, en réalité, du 25 octobre au 15 décembre 1942, les usines soviétiques ont livré à la RKKA environ 3000 chars (485 KV-1 (dont 185 KV-85 et 250 KV-1D), T34 : 1800, T-50 : 750), et 1200 canons automoteurs. (SU-122 : 200, SU-57 : 400, SU-45 : 450, SU-76 : 150). Ceci sans compter les stocks importants accumulés à la fin des années 1930 et d’où on été extraits 1200 chars (700 T-26 et 500 BT-5/BT-7).
En fait, le renseignement allemand continue de gravement sous-estimer les capacités de génération de forces de l’Union soviétique.

15 décembre (J-24)
-2,7°, temps sec

Le front se stabilise devant Korosten, où von Mastein à réussi à regrouper ses forces. La Luftwaffe tente de maintenir un rythme d’opérations compatible avec l’appui-feu que les troupes allemandes réclament sans cesse, mais les moyens sont très limités. Les VVS sont toujours très présentes et harcèlent sans cesse tant les troupes allemandes au sol que la Luftwaffe, tandis que le ratio victoires/pertes s’établit à seulement 1,5/1 pour l’aviation allemande. Ceci est dû aux pertes que subissent les transports qui vont ravitailler Tarashcha où les opérations de ravitaillement ont repris, à la demande pressante de Von Wietersheim, mais sont très insuffisantes pour permettre une survie des forces encerclées. La décision est prise de réduire encore les rations alimentaires.

Les forces de Pliev libèrent Khmel’nytskyi et s’établissent en avant de la ville, repoussant un peu plus les forces allemandes et hongroises. Le front se stabilise plus où moins sur les positions qui étaient les siennes avant le début de « Wintergarte ».

Autour d’Odessa s’achève la concentration des forces soviétiques.

16 décembre (J-25)
0°, temps sec amis avec 10/10 de couverture nuageuse.

Les troupes de Vatoutine et de Boldin repartent à l’assaut de Gomel, toujours tenue par les troupes allemandes, tandis que, plus au sud, Katoukov et Tchernyakovsky tentent de percer sur Korosten.
Ceci oblige la Luftwaffe à concentrer ses efforts autour de cette ville, délaissant les combattants de Gomel. À la fin de la journée, les troupes de Boldin commencent à encercler la ville, mais celles de Vatoutine sont encore arrêtée par une défense allemande désespérée. Devant Korosten l’intervention de l’aviation allemande a cependant permis de stabiliser la situation.

Les VVS sont toujours très actives (surtout les unités d’appui-feu qui utilisent les vieux chasseurs biplans I-153 et I-15Bis). L’attention se concentre sur Korosten mais aussi sur Tarashcha où la piste principale est mise hors de service pour 24h par la destruction d’un « Condor » en son milieu.

17 décembre (J-26)
-0,7°, temps sec

À Gomel, les troupes allemandes se replient pour éviter d’être encerclées, décision couverte par von Kluge ‘4ème Armée). Le font se stabilise dans la soirée à quelques kilomètres à l’Ouest de la ville où les troupes de Vatoutine et de Boldine font leur jonction.
Plus au nord, Golubev (50ème Armée) et Eremenko (43ème armée) engagent la bataille pour Orsha avec une préparation d’artillerie intense, mais ses hommes n’avancent que de 1500m dans la journée.

La poche de Tarashcha ne reçoit que 48t de ravitaillement, ce qui est très insuffisant pour assure la simple subsistance des troupes encerclées. La Lutfwaffe perd cependant pour ce maigre résultat 8 He-111, 6 Ju-52 et 2 Ju-86.

La 2ème Armée de Choc achève de se positionner sur ses positions de départ.
2ème Armée de Choc (Udarnye). Général K.S. Moskalenko
- 1 Corps Blindé, 210 chars (12 x KV-II, 78 x KV-I, 120 x T-34), 42 SPG (21 x SU-45/SU-57, 11 x SU-76, 10 x SU-122), 43 automitrailleuses BA-6, 21 BA-45, 18 x obusiers 122-mm, 18 x 76-mm guns, 30 x 120-mm mortiers, 36 x mortiers de 82-mm, 8 x BM-13/16 MRL, 12 x canons de 37-mm AA (remorqués), 48 x twin 12.7-mm sur camions.
1 brigade de chars (4 x KV-II, 26 x KV-I, 40 x T-34), 10 x BA-45
- 2 bataillons de chars indépendants (2 x 2 x KV-II, 23 KV-I D or KV-85)
- 2 divisions d’infanterie, chaque avec , 13 T-34, 2 x SU-122, 20 x T-50 mais aussi 36 obusiers de 122-mm, 36 canons de campagne de 76-mm K-36 or ZiS-3, 18 x 76-mm mod 27, 30 canons AT (12 x 57-mm, 18 x 45-mm),
- Le 17ème Corps d’Infanterie 222 tanks (4 KV-II, 26 KV-1, 102 T-34, 80 T-50, 21 x SU-122, 31 SU-57), 59 automitrailleuse, 378 guns (36 canons de campagne de 107-mm, 180 obusiers M-30 122-mm, 108 canons de campagne de 76-mm ZIS-3 or K-36, 54 canons de campagne Mod-27 76-mm), 360 mortiers (138 x 120-mm mortiers, 222 x 82-mm mortiers), 12 MRL (BM-8-36 avec une salve de 432 rockets), 72 canons AA (24 x 76-mm et 48 x 37-mm), 138 canons AT-G (84 x 57-mm et 54 x 45-mm

Les premiers éléments des forces transférées depuis le sud de l’Ukraine commencent à arriver dans les environs de Rovno.

18 décembre (J-27)
-1,2°, chutes de neige importantes et temps très couvert.

Les efforts de l’aviation sont largement tempérés, d’un côté comme de l’autre, par des conditions météo exécrables.
Golubev et Eremenko relancent leur attaque sur Orsha. Les pertes sont très lourdes dans le secteur nord de l’attaque où sont engagées les 279ème, 290ème et 293ème divisions d’infanterie (50ème Armée).
Mais, Eremenko, appuyé par la 215ème Brigade de chars (lourds) et la 296ème Brigade de chars arrive à positionner les 274ème et 291ème divisions d’infanterie aux sorties sud de la ville.
Le général Materna, commandant du XXe ArmeeKorps demande alors l’autorisation d’évacuer Orsha pour éviter, selon ses dires, une répétition de la catastrophe de Vitebsk. Cette demande, d’abord refusée par Von Kluge, est, dans la soirée, transmise au QG de Rastenburg. Von Kluge insiste alors pour que les renforts en train d’arriver à Rovno lui soient en partie affectés, ce qui est refusé par l’OKH.

19 décembre (J-2Cool
+0,5°, petites chutes de neige

En dépit du redoux, la situation météorologique reste mauvaise, limitant le nombre de sorties de la Luftwaffe (plus que pour les VVS).
La situation se dégrade à Orsha où les troupes de Eremenko ont réalisé dans la nuit une nouvelle avancée vers l’ouest et menacent de couper la route Orsha-Minsk. Materna réitère sa demande, mais se heurte à un « ordre du Führer » de tenir sur place « coûte que coûte » en transformant Orsha en « place fortifiée ». Dans l’après-midi cependant, les forces des Golubev reprennent l’offensive et avancent au nord d’Orsha jusqu’à 5km à l’ouest de la ville. Devant l’aggravation de la situation, et compte tenu de ce que la Luftwaffe ne peut assurer qu’un soutien extrêmement épisodique, Materna et von Kluge informent von Bock de leur décision de se retirer d’Orsha dans la nuit.

Plus au sud, la piste de Tarashcha est mise à nouveau hors de service par deux bombardements des VVS. Von Wietersheim avertit alors Rastenburg de l’urgence qu’il y a à reprendre les vols de ravitaillement si l’on veut éviter un effondrement total des forces encerclées.

20 décembre (J-29)
-0,7°, temps sec

Le temps connaît une petite amélioration, qui permet à la Luftwaffe de concentrer ses forces en soutien au XX Armeekorps que Materna va tenter d’extraire d’Orsha. Cependant, la Luftwaffe est incapable d’obtenir une supériorité aérienne globale sur le champ de bataille, situation due tant à sa faiblesse qu’à l’activité constante des VVS.
Cependant, en fin d’après-midi, l’essentiel des forces du XX ArmeeKorps a évacué Orsha et s’est replié à l’ouest de la ville. Les combats dans Orsha opposent les restes de la 112e ID aux forces soviétiques.

La réaction d’Hitler, quand il apprend en fin de journée l’évacuation d’Orsha en contravention directe avec son ordre formel est une colère effroyable, qui aboutit au limogeage de von Kluge et de son supérieur von Bock (mesure déguisée en « rappel pour raisons de santé ») et à l’arrestation du Général Materna pour « abandon de poste ».
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3866
Localisation: Tours

MessagePosté le: Ven Avr 22, 2011 09:27    Sujet du message: Répondre en citant

La vache, ce n'est du sang, de la sueur et des larmes, on dirait surtout le froid, la neige, la pluie, la boue (et l'acier soviétique). C'est a ce demander si avec tous nos équipements sophistiqués contemporains et nos habitudes de comfort, on arriverait à combattre dans des conditions aussi abominables à l'heure actuelle.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Ven Avr 22, 2011 11:24    Sujet du message: Répondre en citant

Capitaine caverne a écrit:
La vache, ce n'est du sang, de la sueur et des larmes, on dirait surtout le froid, la neige, la pluie, la boue (et l'acier soviétique). C'est a ce demander si avec tous nos équipements sophistiqués contemporains et nos habitudes de comfort, on arriverait à combattre dans des conditions aussi abominables à l'heure actuelle.


Oui, le stage commando au fort Des Rousses en janvier suffira a prouver que les troupes restent entrainees en 2011 (quid du traverse du lac de Chalin par -10 Celsius? larmes, sueur , neige, froid, glace ...)
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7723

MessagePosté le: Ven Avr 22, 2011 16:50    Sujet du message: Répondre en citant

La motivation des hommes a toujours fait la différence. En fait, une guerre est gagnée ou perdu bien souvent dans la tête des combattants. Je pense souvent à la dernière grande victoire des Républicains pendant la guerre d'Espagne, la bataille de l'Ebre.

Sans tanks, sans avions, avec souvent un fusil pour deux hommes, les Républicains ont mis une dérouillée aux Nationalistes. Ce n'étaient pourtant pas des foudres de guerre. Les milices du POUM étaient faites d'ouvriers et leurs officiers étaient élus à la veille des combats.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patrikev



Inscrit le: 28 Mai 2010
Messages: 1774

MessagePosté le: Mar Jan 31, 2012 01:07    Sujet du message: Répondre en citant

Discussion ouverte sur le général von Sponeck:

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?p=19088#19088
_________________
- Votre plan comporte un inconvénient majeur.
- Commençons par le plus facile: capturer la bête.
- Le voilà, l'inconvénient majeur.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didi



Inscrit le: 07 Déc 2006
Messages: 34

MessagePosté le: Ven Fév 03, 2012 22:36    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
La motivation des hommes a toujours fait la différence. En fait, une guerre est gagnée ou perdu bien souvent dans la tête des combattants. Je pense souvent à la dernière grande victoire des Républicains pendant la guerre d'Espagne, la bataille de l'Ebre.


L'Ebre une grande victoire républicaine ? Il faudrait dire en quoi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Lun Fév 06, 2012 06:51    Sujet du message: Répondre en citant

Didi a écrit:
Anaxagore a écrit:
La motivation des hommes a toujours fait la différence. En fait, une guerre est gagnée ou perdu bien souvent dans la tête des combattants. Je pense souvent à la dernière grande victoire des Républicains pendant la guerre d'Espagne, la bataille de l'Ebre.


L'Ebre une grande victoire républicaine ? Il faudrait dire en quoi.


En anglais, ils ont un mot pour qualifier ce genre de derniere grand evictoire : un 'screw up'!.

Pas sur comment le traduire en francais?!

Cependant , sur le fond ANaxagore a raison; victoire ou defaite depend surtout du moral des troupes (ne nous laissons fourvoyer par un mauvais exemple).
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1942 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com