Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Résistance
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France occupée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Thomas27



Inscrit le: 13 Avr 2013
Messages: 663
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Ven Nov 07, 2014 21:03    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
DORIPHORES: Soldat de l'armée de terre (alluision a la couleur de leur tenue verte).

Il me semble plutôt que c'était rapport à la propension des fridolins à piller nos champs de patates.
_________________
Ma boutique : https://www.redbubble.com/fr/people/Artof-ThomasD/shop?asc=u
Mes livres: http://www.amazon.fr/-/e/B0191PGYUE?ref_=pe_1805951_64028601
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7697

MessagePosté le: Sam Nov 08, 2014 11:26    Sujet du message: Répondre en citant

Les deux, en fait, la couleur de leur uniforme et le vol de patates.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sting01



Inscrit le: 30 Juil 2010
Messages: 1450
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Dim Nov 09, 2014 12:31    Sujet du message: Re: humour francais et résistance Répondre en citant

Chasseur Corse a écrit:
si il est un peuple qui résistat par les armes c'est bien le peuple français mais il utilisa une arme terriblement efficace pour résisté, il était soutenue par par le maitre de l'humour a radio londres c'est l'illustricime Pierre Dac(dans combien de temps sa sainteté Benoit 17 va le canonisée) les français affublaient les allemands de divers surnom, en voici quelques un:

DORIPHORES: Soldat de l'armée de terre (alluision a la couleur de leur tenue verte).

VEAUX PRIMEE: Feld Gendarmerie (allusion au fait qu'il portait au cou une chaine avec une plaque en argent portant un aigle et qu'il y avait marquée "FELDGENDARMERIE")

SOURIS GRISE: Secrétaire Féminine des Etat Majors( allusion au fait qu'elle était discréte comme de petite souris)

VERT KAKA D'OIE: Service de l'organisation Todt qui construisait les fortifications du mur de l'atlantique(allusion au fait que leur uniforme était d'une couleur verte légérement passée.

pour terminé avec le sujet de la réponse, je vais racontée une anécdote familliale, je vie en corse et j'avais une arrière grand mere(elle est morte a l'age de 83 ans) je l'ai trés bien connue, et elle nous racontait qu'a cette époque elle tenait un restaurant dans le village au nord de bastia qui servait de popote au officiers italiens(la corse n'a jamais éte occupée par les allemands mais par les troupes italiennes) elle serait un officier des Bersagliers italien(reconnaissable a leur chapeaux a plume et a leur manière de courir dans un défilé, ce corps de troupe existe actuellemen) elle lui fait la plaisanterie suivante " Mussolini A Mandiade Tout y Poulastro d'italie et a Boy n'a laisschad qu'est Puiumé, et le soldat lui répondit Et Vero Signora(traduction: Mussolini a mangée tous les poulet d'italie et a vous il ne vous a laissée que des plumes, et la Réponse du soldat était la suivante: C'est vrai Madame, c'est vrai)
vous pouvez admiré cet humour devant l'armée italienne, mais elle me disait aussi on devait faire attention ce que l'on disait si des Chemise Noir(faciste fanatique) ou des SS allemand(Il fesait partie des reste de l'armée d'afique qui remotaient de sadaigne et s'embarquaient en corse pour aller renforcer le front italien(débarquement de sicile, attaque anzio)
amitié
chasseur corse


I me semble me rappeler que le frere de Pierre Dac (mort pour la France) a ete la cible de certain collabo (Radio Paris et autres) de fait de sa religion (juive). Et je serais presque sur que Piierre DAce lui meme etait un enfant de David a cette epoque. Je ne pense pas qu;il se roit convertit (si ce n'est a l'absinthe cassis) et donc je vois mal sa Saintete le canonise, cela ferait desordre

Si maintenant la canonisation est une page sur pierre Dac, pour rappelles on ne gagne pas une guerre avec des chansonettes (meme si cela aide beaucoup).


Doryphores car lorsqu'ils passaietn dans les champs, il ne restait plus rien, et pour avoir connu une attaque de doryphores en 73, pres de 2 hectares sans recolte, c'est impressionant!!!!
_________________
La can can-can, cancouillote,
c'est pas fait pour les francois.

Anscarides je suis ne,
heritier de la Comte je serai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11437
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 17:47    Sujet du message: Répondre en citant

Cette annexe sur la Résistance a été revue, époussetée et la partie sur la Belgique a été corrigée par Benoit XVII (merci Très St Père) - cf ci-dessous.

Je transmets à Loïc le fichier corrigé (une de plus).



La Belgique

En 1940, la Belgique avait ceci de particulier qu’elle était le seul pays occupé par les Allemands à avoir subi une occupation de l’essentiel de son territoire national à peine une génération auparavant. Les Belges bénéficiaient donc d’une réelle expérience de l’action clandestine, et on ne s’étonnera pas de compter bon nombre de “récidivistes” de la Grande Guerre parmi les dirigeants de la Résistance belge. Comme la topographie et la densité de la population du pays ne se prêtaient guère au combat armé, la Résistance prit en Belgique d’autres formes, non moins utiles aux Alliés.

Tout d’abord, la presse.
Comme en 1914, une multitude de journaux clandestins (on compta jusqu’à 675 périodiques) virent le jour pour donner une information objective à la population, soutenir son moral et, surtout, servir d’exutoire aux sentiments férocement “anti-Boches” de leurs auteurs.
Le premier à paraître – dès le 15 juin 1940, sous le nom de Chut ! – fut l’œuvre d’Alfred Van de Kerckhove, un avocat bruxellois de 75 ans, “récidiviste” de la Grande Guerre.
L’aventure qui resta dans les annales fut incontestablement l’histoire du faux Soir. Le fameux journal bruxellois renommé avait été mis sous séquestre par les Allemands et avait commencé à reparaître avec une équipe à la botte de l’occupant. Le 9 novembre 1943, un groupe de résistants réussit, au nez et à la barbe des Allemands, à faire paraître une édition clandestine du journal qui fut diffusée à 50 000 exemplaires (!) et vendue à la criée (!!) dans tout le pays. Les auteurs du canular – les articles étaient tous des pastiches d’un humour dévastateur pour l’occupant et ses sbires – virent peu à peu l’étau de la Gestapo se resserrer sur eux. Ils furent finalement arrêtés fin février 1944.

Ensuite, le renseignement, véritable spécialité belge.
Churchill devait déclarer que 80 % des renseignements utiles lui parvenant du Continent provenaient de Belgique. L’entreprise la plus connue fut incontestablement le réseau Clarence, fondé par un autre récidiviste de la Grande Guerre, le Liégeois Walthère Dewé. Il avait fondé en 1916 le réseau de renseignement La Dame Blanche, qui fonctionna jusqu’à la fin des hostilités et comptait en 1918 plus de mille agents couvrant tout le pays.
En septembre 1939, anticipant avec clairvoyance une nouvelle occupation, Dewé fonda avec quelques anciens de La Dame Blanche, dont Herman Chauvin et Thérèse de Radiguès, le Corps d’Observation Belge, qui se transformera en Clarence en juin 1940. Le réseau comptera plus de 1 500 agents, 800 messages radio seront échangés avec Londres et 80 courriers terrestres totalisant 150 rapports seront acheminés vers l’Angleterre et l’Afrique du Nord. Dewé fut abattu par la Gestapo le 14 janvier 1944.

L’exfiltration fut une autre spécialité belge.
La plus grande ligne d’évasion en Europe, le réseau Comète, fut fondée en 1941 par une jeune Bruxelloise de 25 ans, Désirée “Dédée” De Jongh. En deux ans et demi d’existence, le réseau permit l’évasion de 650 militaires anglais, français et américains (dont 250 aviateurs), mais aussi de 300 militaires belges. La plupart de ces Belges étaient des officiers ayant répondu aux appels pressants lancés dès l’automne 1940 par le Gouvernement réfugié à Londres pour reconstituer les cadres de l’armée belge en exil (le discours prononcé par Spaak sur Radio-Alger le 11 novembre, et retransmis les jours suivants par la BBC, est resté célèbre).
La tête de Dédée fut mise à pris par les Allemands pour la somme faramineuse d’un million de francs. Suite à une trahison, elle finit par être arrêtée le 15 janvier 1943 et envoyée en Allemagne comme Nacht und Nebel. Elle en revint vivante et put consacrer le restant de sa longue vie aux soins des lépreux, réalisant ainsi sa deuxième vocation – celle d’infirmière.

Enfin, l’action armée et le sabotage.
Comme indiqué plus haut, les combats proprement dits furent limités en Belgique, ce qui n’empêcha pas les résistants belges de commettre plusieurs hauts faits militaires.
Ainsi, un groupe commandé par le colonel Colson réussit à déjouer les plans des Allemands pour détruire le port d’Anvers à la Libération. Selon le général Eisenhower, cet exploit permit de raccourcir la guerre de plusieurs semaines !
Autre exploit : l’attaque, le 19 avril 1943, du 20e convoi belge transportant des Juifs vers l’Allemagne. Cet acte héroïque, entrepris par quatre étudiants de l’Université Libre de Bruxelles, permit l’évasion de 231 personnes sur 1 600, dont 90 furent hélas reprises. Deux des quatre étudiants furent trahis, arrêtés par les Allemands et fusillés. Les deux autres survécurent à la guerre.
Citons encore la “grande coupure” organisée par les techniciens du Groupe G. En détruisant 28 pylônes à haute tension soigneusement sélectionnés, les saboteurs réussirent à mettre à plat presque tout le réseau électrique du pays, conduisant de multiples entreprises au chômage technique. On estime entre 15 et 20 millions le nombre d’heures de travail perdues suite à cet exploit.
Quelques maquis se développèrent, notamment dans la forêt des Ardennes belges, à partir de l’introduction du Service du Travail Obligatoire le 6 octobre 1942, qui contraignit beaucoup de réfractaires à chercher une cachette pour échapper à la déportation. En 1944, le maquis d’Orchimont s’illustra pour entraver la retraite allemande.

En termes de structures, la Résistance belge fut d’abord l’œuvre d’officiers démobilisés de l’Armée belge, aux premiers rangs desquels figurent le colonel Lentz et le commandant Claser.
Ces officiers se regroupèrent spontanément en plusieurs réseaux, qui changeront de nom au gré des fusions successives : Armée belge reconstituée puis Légion belge, et enfin Armée de Belgique. Le Premier Ministre Pierlot et une partie de l’aile gauche du Gouvernement en exil se méfiaient profondément de ces militaires qui avaient la réputation d’être intensément royalistes. Cependant, nécessité fit loi : ces réseaux constituaient un vivier qui ne pouvait être ignoré pour attirer vers la Grande-Bretagne et l’Afrique du Nord les cadres nécessaires à la reconstitution de l’armée belge. L’aile droite du Gouvernement, c’est-à-dire tous les Ministres catholiques à l’exception de Pierlot, soutenue en cela par le ministre des Affaires Etrangères socialiste Paul-Henri Spaak et par son oncle libéral, Paul-Emile Janson, put forcer le Premier Ministre à surmonter une aversion qui, en d’autres circonstances, aurait pu conduire à de funestes atermoiements. A Laeken, le général Van Overstraeten sut trouver les arguments pour convaincre le Roi de ne pas interférer avec les ralliements de ces officiers au Gouvernement, alors que lui-même encourageait discrètement l’action du colonel Lentz et les départs vers les territoires non occupés par l’Allemagne. Au printemps 1941, il facilita même l’évasion du général Keyaerts, alors dirigeant de l’OTAD.
En parallèle, le Front de l’Indépendance (FI), fondé par le communiste Albert Marteaux, l’abbé André Roland et le socialiste Fernand Demany, avait été créé le 15 mars 1941. Le Parti Communiste belge lui-même s’était jusqu’alors cantonné dans une égale condamnation des Allemands et des impérialistes bourgeois de France et d’Angleterre. Cependant, notamment lors des grèves de mai 1941, le PC se rendit compte qu’il se coupait de plus en plus de sa base, pour qui l’occupant allemand était bien l’ennemi principal. Le 25 juillet 1941, sous la pression d’Hitler, Staline rompit les relations diplomatiques avec la Belgique, décrétant que le pays n’existait plus, de toute façon. Cet acte conduisit le PC belge à réagir en publiant le Manifeste aux peuples de Flandre et de Wallonie pour l’indépendance du pays, dans lequel, par un virage brutal, le parti retrouvait sa base en désignant la libération du pays des Allemands comme la tâche principale. Le PC resta toutefois tiraillé entre les fidèles de Staline et les autres, et son action restera hésitante et ambiguë jusqu’à l’entrée en guerre de l’Union Soviétique en mai 1942.
Frustrés, de nombreux membres du Front de l’Indépendance s’étaient déjà rapprochés peu à peu de l’Armée de Belgique pour ne plus former qu’une organisation unique, l’Armée Secrète, en mars 1942. Lorsque le PC voulut former sa propre organisation de résistance, en mai 1942, il se rendit compte qu’il avait perdu une bonne partie de sa crédibilité et décida avec réalisme, devant le rapport de forces qui s’était fait jour, de se fondre lui aussi dans l’Armée Secrète.

Treize mille Belges environ payèrent de leur vie leur opposition à l’occupant nazi, de mai 1940 à la Libération, un peu plus de quatre ans plus tard. Même si le sujet est encore aujourd’hui largement tabou, il est frappant de constater que plus de 90 % de ces victimes étaient francophones, alors que les Flamands représentaient la majorité de la population du pays.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Atatürk



Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 266
Localisation: Richmond,Virginia-USA

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Treize mille Belges environ payèrent de leur vie leur opposition à l’occupant nazi, de mai 1940 à la Libération, un peu plus de quatre ans plus tard. Même si le sujet est encore aujourd’hui largement tabou, il est frappant de constater que plus de 90 % de ces victimes étaient francophones, alors que les Flamands représentaient la majorité de la population du pays.


Pourquoi cette proportion de victimes? Est-ce dû à la politique raciste du Troisième Reich dans lequel les nazis considéraient les populations flamandes comme aryennes? Ou bien est-ce pour une autre raison?
_________________
"Paix dans le pays,paix dans le monde"
Mustafa Kemal Atatürk.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benoit XVII



Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 472
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 20:20    Sujet du message: Répondre en citant

Petit erratum: le discours de Spaak est du 15 novembre, et non du 11.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dronne



Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 626
Localisation: France

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 22:42    Sujet du message: Répondre en citant

Atatürk a écrit:
Citation:

Treize mille Belges environ payèrent de leur vie leur opposition à l’occupant nazi, de mai 1940 à la Libération, un peu plus de quatre ans plus tard. Même si le sujet est encore aujourd’hui largement tabou, il est frappant de constater que plus de 90 % de ces victimes étaient francophones, alors que les Flamands représentaient la majorité de la population du pays.


Pourquoi cette proportion de victimes? Est-ce dû à la politique raciste du Troisième Reich dans lequel les nazis considéraient les populations flamandes comme aryennes? Ou bien est-ce pour une autre raison?


Bonsoir,
Si le sujet est tabou en Belgique, est ce que c'est parce que 90% des résistants étaient francophones?
_________________
Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer! Moi, à la troisième pastèque, je cale..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 7697

MessagePosté le: Dim Sep 18, 2016 23:17    Sujet du message: Répondre en citant

Exactement le réseau de Walthère Dewé s'appelait la Dame Blanche des Hoenzollern. Ce nom vient d'une légende qui raconte que quand un membre de la famille impériale allemande devait mourir, une Dame Blanche, c'est à dire ce que les irlandais appellent une Banshee apparaissait sur les remparts de je ne sais plus quel château famillial et se mettais à pleurer.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wil the Coyote



Inscrit le: 10 Mai 2012
Messages: 1862
Localisation: Tournai (Belgique)

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 06:34    Sujet du message: Répondre en citant

Dronne a écrit:
Atatürk a écrit:
Citation:

Treize mille Belges environ payèrent de leur vie leur opposition à l’occupant nazi, de mai 1940 à la Libération, un peu plus de quatre ans plus tard. Même si le sujet est encore aujourd’hui largement tabou, il est frappant de constater que plus de 90 % de ces victimes étaient francophones, alors que les Flamands représentaient la majorité de la population du pays.


Pourquoi cette proportion de victimes? Est-ce dû à la politique raciste du Troisième Reich dans lequel les nazis considéraient les populations flamandes comme aryennes? Ou bien est-ce pour une autre raison?


Bonsoir,
Si le sujet est tabou en Belgique, est ce que c'est parce que 90% des résistants étaient francophones?


Non pas exactement.... pour citer mon grand-père, qui à fait partie de l'Armée Secrète et qui mettait souvent les choses au point en parlant de la population, 10% ont résistés, 10% ont collaborés...et le reste à attendu que la guerre se termine....

Par contre, ce qui me choque toujours un peu, c'est qu'on ne parle presque jamais de Pierlot, ni des resistants...je dois avouer qu'il à fallu la FTL pour que je découvre bien des héros de mon pays....
_________________
Horum omnium fortissimi sunt Belgae
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 2663
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 10:24    Sujet du message: Répondre en citant

Atatürk a écrit:

Pourquoi cette proportion de victimes? Est-ce dû à la politique raciste du Troisième Reich dans lequel les nazis considéraient les populations flamandes comme aryennes? Ou bien est-ce pour une autre raison?


La repression nazie a été largement proportionnelle aux actes de resistance, qui ont été essentiellement le fait des populations francophones. Cette carte représente les faits de sabotage en 1943-44, c'est a dire ares que la Resistance, Armee Secrete etc. se soit organisée. Le barycentre en Wallonie, tant rurale qu'urbaine et industrielle, est particulièrement evident. Voir la carte ci-dessous:

http://connaitrelawallonie.wallonie.be/sites/wallonie/files/styles/medium_width/public/maps/1943_0262b_w.jpg?itok=cF0002PX

Pas étonnant que 90% des victimes de la repression et des représailles aient frappé les populations wallonnes, puisqu'elles étaient a l'origine d'une proportion similaire des actes de resistance.

Le symétrique est vrai également concernant les faits de collaboration, nettement plus fréquente et visible en Flandre qu'en Wallonie. L'historien José Gotovitch a écrit dans un style elliptique que:
Citation:
La Résistance ne fut pas un phénomène spécifiquement wallon, ni la collaboration exclusivement flamande. Ces deux clichés sont également faux. Mais tout concourt à montrer qu’une attitude, un comportement différent se révéla au Nord et au Sud du pays face à l’occupation.


En clair, une partie importante (mais difficilement quantifiable) de la population flamande n'a pas vécu l'invasion de la Belgique et l'occupation nazie comme étant une agression aussi intolerable que le ressentirent les Wallons. C'était déjà perceptible dans la performance très contrastée des unites flamandes et wallonnes de l'armée belge en mai 1940, et la suite des événements ne fit que le confirmer.

Il y eut des collabos wallons, et des resistants flamands, mais pas du tout dans des proportions comparables, meme sans tenir compte du fait que les Flamands étaient majoritaires en Belgique. De plus, la collaboration elle-même fut très contrastée. Les Wallons qui ont collaboré avec l'occupant l'ont fait surtout par le biais économique, alors qu'en Flandre la collaboration fut surtout politique et idéologique.
_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11437
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 10:34    Sujet du message: Répondre en citant

Je me souviens avoir lu dans mon enfance, j'avais 10 ou 11 ans, un livre belge pour les enfants de mon âge, racontant l'histoire d'un petit garçon vivant dans Bruxelles occupée et servant de "coursier" à la Résistance.
L'un des enfants de sa classe était, lui, le fils d'un membre du mouvement rexiste, d'où des discussions politiques dans la cour de l'école ! Dommage que je ne me souvienne plus du titre…

Le mouvement rexiste (à commencer par Léon Degrelle) n'était-il pas plutôt francophone ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 2663
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 11:00    Sujet du message: Répondre en citant

Le mouvement rexiste était francophone, mais ultra-minoritaire. Il avait eu son heure de gloire dans les années 30, et était déjà en reflux marqué au debut de la guerre.

La collaboration wallonne fut le fait d'un certain nombre d'opportunités affairistes, et d'une petite clique de fascistes comme on en trouvait dans les autres pays d'Europe, et beaucoup de ceux la sont allés faire le coup de feu sur le front de l'est par anti-bolchevisme visceral. En Flandre par contre, la collaboration bénéficiait de solides appuis dans la population, et se confondait avec le mouvement flamand, anti-belge et de fait pro-allemand sinon pro-nazi.

Il n'y avait rien de commun entre Rex, groupuscule vivotant dans l'ombre de son tribun Leon Degrelle, et le VNV, veritable parti nazi flamand, avec ses relais dans les différents niveaux de pouvoir, l'administration etc.

Électoralement parlant, aux legislatives de 1939, Rex a obtenu 4,4% des votes la ou il se présentait, alors que le VNV récoltait 12.8% des voix en Flandre (ce qui faisait 7.9% nationalement).
_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 11437
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 11:04    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de cette réponse très éclairante.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dimitri Jerzmanowski



Inscrit le: 26 Mai 2014
Messages: 302

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 11:18    Sujet du message: Répondre en citant

DEGRELLE et sa fameuse 28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division Wallonien,mon oncle Mirosław (dernier témoin de cette époque encore en vie dans ma famille,c'est le dernier frère de ma mère et a fêté ses 94 ans le 3 mai) a été face à ces SS en plusieurs occasions dur le Front Russe et notamment en 1945 lors de l'Offensive Vistule-Oder puisque mon oncle faisait partie de la 1ère Armée Polonaise [sous contrôle de l'Armée Rouge et commandé par le général Stanislav POPLAVSKY,la seule armée à avoir traversée la Vistule pour aider les Partisans lors de l'Insurrection de Varsovie,la STAVKA ayant donner "gracieusement" l'autorisation puisque c'était des Polonais (et ça donne bonne conscience à peu de frais)] affectée au Premier Front de Biélorussie dirigé par le Maréchal JOUKOV et particulièrement au secteur de Poméranie où était stationnés les SS Wallons avant de rejoindre Berlin pour renforcer l'Armée Rouge.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Atatürk



Inscrit le: 08 Aoû 2016
Messages: 266
Localisation: Richmond,Virginia-USA

MessagePosté le: Lun Sep 19, 2016 13:06    Sujet du message: Répondre en citant

@JPBWEB
Merci pour votre réponse,je comprends mieux à présent.
_________________
"Paix dans le pays,paix dans le monde"
Mustafa Kemal Atatürk.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> La France occupée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 4 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com