Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Front français, Juin 1944
Aller à la page 1, 2, 3 ... 61, 62, 63  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 12:11    Sujet du message: Front français, Juin 1944 Répondre en citant

Hé oui, on reprend le fil de la Chrono (merci Heorl et Demo Dan), et il va se passer des tas de choses…


1er juin
Libération et Libérateurs
Une grande victoire, et maintenant ?
Paris, Caen, Poitiers, Lyon
– Dans l’ensemble des états-majors alliés, on fait le point. Mai a dépassé toutes les espérances : une offensive en pince gigantesque face à un ennemi débordé, moins mobile, a permis la destruction de près de deux armées allemandes en rase campagne, tant et si bien qu’entre Paris et Dijon il y a un vide immense où pas une division allemande ne pourrait s’opposer à la progression alliée. A l’exception, certes, du squelette ambulant qu’est la 1. Armee, mais celle-ci pourrait à peine contenir un unique corps allié, soit bien moins que l’impressionnant dispositif qui lui fait face.
Pour les Belges, le mois écoulé a été une douce vengeance sur les jours noirs de mai 40, quand tout partait à vau-l’eau. Considération également valable pour leurs alliés franco-britanniques, mais les premiers sont surtout marqués par le souvenir de juin 40. Pour les Américains, le problème est d’éviter de laisser entendre aux Européens : « Vous voyez, ça n’était pas si difficile… ».
Vainqueurs partout, les Alliés restent cependant bridés par leur logistique : la victoire est éclatante, mais elle a fortement allongé les lignes de ravitaillement, et les offensives de juin vont s’en ressentir.

Les Festungen de Bretagne
Brest
– L’artillerie et l’aviation américaines poursuivent leurs frappes sur la Cité du Ponant. En face, la 343. ID du Generalleutnant Erwin Rauch a bien compris que son adversaire – à cette heure, la seule 90th Infantry Tough Ombres (Jay MacKelvie) – attend des renforts.
Rauch affronte donc posément l’orage, avec d’autant plus de sérénité que son ennemi manque visiblement de munitions – c’est qu’il faut trimbaler les obus jusqu’au bout de la péninsule. Péninsule au temps changeant et instable – Rauch est en garnison ici depuis cinq mois à peine, mais il sait déjà fort bien ce que crachin veut dire. Autant pour l’aviation yankee ! D’ailleurs, ses propres pièces (notamment les 4 x 280 mm de la Graf Spee à Lochrist (1) ) répondent au moins aussi violemment que le bombardement qu’il subit.
En résumé, ici aussi, la situation n’est pas près de se décanter. Au soir, le 359th Infantry Rgt n’a même pas atteint la côte à l’ouest de la cité.
………
Lorient – La 9th Infantry Varsity (Manton Eddy) continue de progresser avec méthode et pugnacité vers la rive gauche du Scorff, à travers la localité ravagée de Lanester. Face à elle, le 942. Grenadier Rgt (Major Görtmüller) – qui sait fort bien qu’en cédant, il se retrouverait très vite dans les eaux de l’Atlantique – s’accroche avec les ongles à chaque ruine, chaque tas de gravats, reculant pas à pas vers l’arsenal et l’ancienne Ecole des Fusiliers marins.
En face, Joseph Collins vise la pointe de l’Espérance, à deux kilomètres à peine des présentes positions américaines. Il se voit déjà y installer des positions d’artillerie avec vue imprenable sur les arrières des Krauts. Les nouvelles de Brest ne sont pas bonnes, celles de Saint-Nazaire ne changent pas – du coup, Lorient prend, à chaque heure davantage d’importance. Pour parvenir à ses fins, l’Américain a heureusement un autre atout : la 79th Infantry Cross of Lorraine (général Ira Wyche), qui s’est saisie de la base de Kerlin Bastard, de l’usine de traitement des kaolins attenante (2) et surtout de tout le domaine du château de Soye, fermant ainsi l’approche ouest de la Festung Lorient. Dans la soirée, Wyche commence à envisager des infiltrations vers l’est en suivant le Ter et en profitant des blindés de Wood, tant qu’ils sont encore là.
………
Saint-Malo – Après le drame de la veille, la 101st Airborne Division Screaming Eagles de Maxwell Taylor – et notamment ses 321th Btn, 377th Btn et 907th Glider FA Btn, reprennent les tirs sur la cité d’Aleth et l’île Cézembre. Celles-ci continuent de subir sans pouvoir répondre, tandis que le nombre de blessés augmente. Plus grave encore pour les deux redoutes allemandes : elles n’ont plus aucun approvisionnement en eau potable…
………
Saint-Nazaire – Raymond Barton reçoit l’ordre de sonder avec un peu plus d’allant les défenses de la Festung Saint-Nazaire. Ce qu’il veut bien faire, même s’il est sans illusion quant aux possibilités de sa seule 4th Infantry Ivy face à la masse de béton qui lui fait face. Dans la nuit, des sections seront envoyées en mission d’infiltration. Sans surprise, toutes ne reviendront pas au complet et elles ne rapporteront guère de nouvelles encourageantes…

Normandie
Aux environs de Sainte-Adresse, 07h00
– Le ciel est gris et la Manche venteuse – l’estuaire de la Seine déploie sa mélancolie printanière sous le vent venu du large, qui éloigne un peu le bruit des explosions, l’odeur de la poudre, la puanteur des corps brûlés et la cendre.
A la lisière de la plage – mais surtout pas sur celle-ci (trop de mines et d’obus enterrés !), le général Percy Hobart, représentant l’armée royale britannique, attend de pied ferme le colonel Eberhard Wildermuth, pour tenter une fois de plus de négocier l’arrêt de cette tuerie insensée que constitue l’opération Astonia. “Hobo” est venu accompagné du général Gustaw Paszkiewicz, de la 4e DI polonaise. Laquelle sert ici d’infanterie (donc de chair à canon), au grand déplaisir de son chef, qui estime avec quelque justesse que ça fait beaucoup de Polonais qu’on massacre depuis hier, et pas seulement depuis hier… Tout de même, un colon d’Inde et un colon de Ruthénie, perdus tous les deux en terre normande. Quel destin, franchement !
Voici qu’arrive au loin Wildermuth, venu en délégation avec une (petite) escorte qui tient dans deux Kubelwagen. « Tiens donc, ils ont encore de l’essence ? » soupire Hobart. De fait, les petites voitures semblent un peu ridicules au milieu des Bedford, M5 et autres Armoured Cars qui les ont accompagnés. On n’a pas jugé bon de bander les yeux des invités – autant qu’ils voient ce à quoi ils font face, ça les fera réfléchir …
Eberhard Wildermuth, justement, a eu le temps de penser depuis hier. Il a vu en une journée de feu et de colère son périmètre extérieur percé, et plusieurs de ses redoutes brûler, flamber littéralement sous les jets de feu des Crocodiles. Et leurs équipages avec. Mais le Badois, pour relativement réaliste qu’il soit – réaliste et amer : il est coincé ici alors qu’on lui avait autrefois promis un corps d’armée – a conservé assez de sa superbe pour porter haut sa casquette. Et aussi pour tenter de cacher un peu le fait qu’il boîte vilainement de la jambe droite – la faute à un éclat qui s’est logé dans sa cuisse.
Bref, pour l’Allemand, n’en déplaise aux circonstances, les choses restent claires : il a juré à son Führer de défendre la Festung Le Havre jusqu’au dernier homme, et ne peut déposer les armes qu’avec l’accord de son supérieur. C’est en vain qu’Hobart tente d’argumenter, de lui démontrer l’inévitable et prochaine destruction de ses troupes, de lui rappeler l’avantage technique écrasant que lui apportent ses Funnies, sans parler de l’allant des troupes qui les accompagnent. Mais justement, du côté polonais, on fulmine, face à ce nazi qui se drape dans l’honneur après tout le mal que son Reich a fait au Pays. Et finalement, Paszkiewicz décide de le faire savoir : dans un mauvais anglais, à l’accent délibérément exagéré, pour que Wildermuth sache bien à qui il a affaire. « Hobo ! Dites à ce fils de pute que s’il ne capitule pas, je le brûle, lui et ses tueurs, comme sa race a brûlé Varsovie. »
Face à la première intervention de cet individu – dont il faut bien traduire les termes, en tentant vaguement de les adoucir – et devant l’apparition soudaine de l’aigle blanc bien visible à la manche, le commandant de la Festung Le Havre perd quelques couleurs. Mais il garde sa prestance, salue et annonce qu’il rendra sa réponse demain. « Dans l’attente, je présume que la trêve tient toujours ? »
Non elle ne tient plus. Les bombardements reprennent dès 14 heures. Le reste de la journée est consacré à réduire de loin les bunkers nazis, lesquels ne peuvent que rarement riposter à portée ou calibre égal.

Côte d’Opale – La 4th Canadian Armoured suit désormais la RN 28, en direction de la Bresle, vers Abbeville par Blangy-sur-Bresle. Face à elle, la 49. ID (Sigfrid Macholz), descendue du Pas de Calais et qui tente – comme tout le LXVII. ArmeeKorps de Walther Fischer von Weikersthal – de monter ici une… disons une ligne de retardement, avec l’aide de tout ce qu’il est possible de sauver de la débâcle de Normandie.
Faute d’opposition, et en dépit d’une certaine prudence, George Kitching progresse bien. Au soir, il approche déjà de son objectif intermédiaire. Il devrait traverser demain à l’aube la forêt d’Eu, qu’on présume peu voire pas défendue. C’est logique : les Krauts ne vont pas laisser sur la rive sud des unités esseulées ! D’ailleurs, la 4th Canadian Armoured est largement bordée : sur sa gauche par la 3rd Canadian Infantry (Rod Keller) – qui arrive au Tréport, face à la 48. ID de Karl Casper (lequel a l’habitude de défendre depuis ses combats en Roumanie l’an dernier), et surtout sur sa droite par la 5th Canadian Armoured (Guy Simonds), qui continue de doubler tout le monde avec Croixrault en ligne de mire, couverte qu’elle est par la 2nd Canadian Infantry (Charles Foulkes). Simonds arrive à destination dans la soirée – les 26. Panzer et 4. Fallschirmjäger sont loin devant, vers Amiens, Airaines et surtout vers la Somme. Comme quoi, le commandement allemand ne croit pas non plus beaucoup à une ligne sur la Bresle !

Oise et Picardie
Région de Beauvais
– La 50th Infantry Northumbrian achève de sécuriser Beauvais. Puis, restant incertaine de sa liaison avec le reste du 1st Corps de John Crocker, elle commence à avancer prudemment vers Breteuil, soit sur le flanc des Canadiens, en suivant les traces de la 36. PzrGr d’Egon von Neindorff. Elle n’a fait que la moitié du chemin à la nuit tombée – l’affaire de Creil a laissé des traces.
Comme prévu, sur le flanc droit, les réorganisations se poursuivent : la 3rd Infantry (Tom Rennie) est vers Bresles, en liaison avec la 15th Infantry Scottish (Gordon MacMillan), qui arrive à Clermont, et surtout avec la 53rd Infantry Welsh (Robert Knox Ross), toujours coincée entre Creil et les forêts du nord de l’Oise. Derrière, la 7th Armoured (George Erskine) poursuit sa reformation, quand Erskine reçoit un message lui annonçant un visiteur pour demain.

Ile-de-France
Région parisienne
– Le XIIth Corps britannique de William Gott progresse bien – c’est que, en dépit de sa densité urbaine et de la foule d’unités diverses qui s’y trouvent, la capitale française reste un nœud de communication majeur. Bon an mal, il devrait avoir achevé son transit vers Villepinte et Gonesse sous 48 heures. De fait, les premiers éléments sont déjà à Sarcelles, voire à destination, en dépit de la fête qui, dans certains quartiers, bat toujours son plein ! La région parisienne est donc réputée couverte – Hauteclocque pourra bientôt lever le camp pour aller chercher encore plus de gloire ailleurs…
………
Au nord-est de la Seine – Le VIIIth Corps britannique de Sidney Kirkman a fini de passer la Seine et la région de Pontoise. Il approche de Chambly – sur l’arrière, donc, du 1st Corps – et s’apprête à prendre le relais. Le corps de Kirkman est certes un peu fatigué après la Normandie – mais il représente toujours trois divisions d’infanterie, une division blindée et un AGRA. Avec les troupes de Gott, ça ne fait pas moins de six DI, trois Armoured et deux régiments d’artillerie lourde. Bien plus qu’il n’en faut pour percer les lignes des Huns en remontant vers le nord. Et en plus, les Impériaux ne sont pas seuls : ils ont même avec eux des gens qui ont de bonnes raisons de se presser !

Retour vers le Plat Pays
Région parisienne
– Le CA “Benelux” commence à avancer vers Meaux – d’autant plus facilement qu’il voit roquer rapidement en direction de l’est les Français devant lui, et les Américains derrière. La prudence reste de mise… mais un peu moins qu’hier. De fait, on vient de lui annoncer une grande nouvelle à Victor Van Daele : à Meaux, ils seront rejoints par des compatriotes, avant de marcher tous ensemble pour rentrer à la maison.
………
Forêt de Fontainebleau – Désormais pleinement relevé par les unités de la 1ère Armée française – le IIIe CA du général de Lattre de Tassigny, qui commence à s’avancer en Champagne – le IIe Corps d’Armée belge du lieutenant-général Jules Bastin reçoit un ordre enthousiasmant : direction Meaux, jonction avec les gars de Van Daele puis en avant vers… les officiers n’ont pas besoin d’en dire plus, tout le monde le sait déjà. « A Bruxelles ! A Bruxelles ! A Bruxelles ! »

2e Division Blindée
Porte de la Chapelle, Paris
– A son QG, Philippe de Hauteclocque finit de mettre sa division en ordre de marche. Il faut achever le nettoyage des nids de résistance au nord de la capitale, puis filer droit vers le IIIe CA du général de Lattre, qu’il va devoir intégrer avec la 14e DI et la 19e DI, laissées sur place par le restant du IIe CA belge.
………
QG du 521e RCC (Paris) – Un jeune homme en civil se présente devant l’un des plantons. Assez bien vêtu, beau garçon, grande taille et port altier, il a tout pour faire la Une d’une affiche de propagande. D’une affiche seulement : sa voix de fausset le prive de toutes ses chances devant les caméras, pense le soldat de garde, qui ignore que ce garçon vient de passer quatre ans à jouer au théâtre et au cinéma (et à se faire éreinter par la critique lavaliste), avant de participer quelque peu à l’insurrection parisienne. Le jeune homme n’a aucune expérience des blindés (3), mais il a son permis de conduire et il est volontaire, c’est déjà ça. Le planton lui indique le groupe de soutien de la brigade du 521e, laquelle sera trop heureuse d’incorporer le deuxième classe Jean Marais comme conducteur de la Jeep Célimène, dont le pilote a été tué quelques jours plus tôt.

Notes
1- Plus précisément à Kéringar, où le complexe défensif a été achevé, mais point ses casemates, ce qui permet aux pièces de tourner à 360°. Un avantage… tant que le mauvais temps empêche l’aviation d’attaquer.
2- Elle-même située non loin des ruines d’anciens logements occupés par des Républicains espagnols à Plœmeur, qui formaient le « camp Franco ».
3- Il a servi en 39-40 dans un bataillon de l’Air comme guetteur, bien qu’il soit très myope ! Il a échappé à la capture en se réfugiant à Paris chez Cocteau, qui lui a obtenu des papiers de démobilisation à peu près en règle.

(suite et fin du 1er juin demain)


Dernière édition par Casus Frankie le Ven Mar 15, 2024 13:37; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1918
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 13:30    Sujet du message: Répondre en citant

1er juin
Libération et Libérateurs
Une grande victoire, et maintenant ?
Saint-Nazaire –
Raymond Barton reçoit l’ordre de sonder avec un peu plus d’allant les défenses de la Festung Saint-Nazaire. Ce qu’il veut bien faire, même s’il est sans illusion quant aux possibilités de sa seule 4th Infantry Ivy face à (devant / à l'encontre de ) la masse de béton qui lui fait face. Dans la nuit, des sections seront envoyées en mission d’infiltration. Sans surprise, toutes ne reviendront pas au complet et elles ne rapporteront guère de nouvelles encourageantes…
_________________
Timeo danaos et dona ferentes.
Quand un PDG fait naufrage, on peut crier "La grosse légume s'échoue".
Une presbyte a mauvaise vue, pas forcément mauvaise vie.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
John92



Inscrit le: 27 Nov 2021
Messages: 1115
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 13:40    Sujet du message: Répondre en citant

Les Festungen de Bretagne
Brest
– …
D’ailleurs, ses propres pièces (notamment les 4 x 280 mm de la Graf Spee à Lochrist (1) ) (à supprimer) répondent au moins aussi violemment que le bombardement qu’il subit.

Lorient – …
En face, Joseph Collins vise la pointe de l’Espérance, à deux kilomètres à peine des présentes positions (lignes ?) américaines. Il se voit déjà y installer des positions d’artillerie avec vue imprenable sur les arrières des Krauts.

Normandie
Aux environs de Sainte-Adresse, 07h00
– …
C’est en vain qu’Hobart tente d’argumenter, de lui démontrer l’inévitable et prochaine destruction de ses troupes ses forces ?), de lui rappeler l’avantage technique écrasant que lui apportent ses Funnies, sans parler de l’allant des troupes ( ) qui les accompagnent.

Ile-de-France
Région parisienne
– …
Bon an mal an (à ajouter), il devrait avoir achevé son transit vers Villepinte et Gonesse sous 48 heures.

Retour vers le Plat Pays
Région parisienne
– …
De fait, on vient de lui annoncer (d’annoncer) une grande nouvelle à Victor Van Daele : à Meaux, ils seront rejoints par des compatriotes, avant de marcher tous ensemble pour rentrer à la maison.

_________________
Ne pas confondre facilité et simplicité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 3336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 14:10    Sujet du message: Re: Front français, Juin 1944 Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Retour vers le Plat Pays
Région parisienne
– Le CA “Benelux” commence à avancer vers Meaux – d’autant plus facilement qu’il voit roquer rapidement en direction de l’est les Français devant lui, et les Américains derrière. La prudence reste de mise… mais un peu moins qu’hier. De fait, on vient de lui annoncer une grande nouvelle à Victor Van Daele : à Meaux, ils seront rejoints par des compatriotes, avant de marcher tous ensemble pour rentrer à la maison.
………
Forêt de Fontainebleau – Désormais pleinement relevé par les unités de la 1ère Armée française – le IIIe CA du général de Lattre de Tassigny, qui commence à s’avancer en Champagne – le IIe Corps d’Armée belge du lieutenant-général Jules Bastin reçoit un ordre enthousiasmant : direction Meaux, jonction avec les gars de Van Daele puis en avant vers… les officiers n’ont pas besoin d’en dire plus, tout le monde le sait déjà. « A Bruxelles ! A Bruxelles ! A Bruxelles ! »

J'espère que la reine-mère Elisabeth (dont feu ma grand-mère partage le prénom) sera là pour officialiser la création de la 1ère Armée belge.

Puisque le chapitre mentionne aussi Jean Cocteau, on repense à ce mot de lui: "En Belgique, il n'y a qu'une reine, petite de taille et d'âme grande, qui sut toujours mettre sa modestie de reine à dire : 'Je ne suis qu'une artiste' et sa modestie d'artiste à dire : 'Je ne suis qu'une reine'."
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3982
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

une petite question par rapport à la v.1, issue de mes simulations.
j'ai l'impression que si la remontée depuis le sud s'est effectuée moins vite, l'effondrement va etre beaucoup plus brutal....
j'ai bon? j'aimerai avoir qq détails (éventuellement en mp pour ne pas spoiler) merci
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1995

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 18:52    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai bien l'impression que seul la longueur de la ligne logistique alliée protège l'Allemagne...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 5592
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 21:14    Sujet du message: Répondre en citant

Autant le Grand Déménagement et ses suites immédiates me fait penser à l'Anabase, autant tout ce qui suit à la geste d'Alexandre le grand.

Du point de vue littéraire le tout me parait épique.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9862

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 21:17    Sujet du message: Répondre en citant

Finen a écrit:
J'ai bien l'impression que seul la longueur de la ligne logistique alliée protège l'Allemagne...


Tu m'étonnes... Grande Bretagne - PLUTO - plages Normandes - vers l'est, vers le nord, vers l'ouest de la France.

Ca me fascine toujours qu'OTL ils soient allés jusqu'a la frontière nord-est, avec cette logistique là.

Et Antwerp qui n'est libéré qu'en novembre 1944.

C'était un exercice logistique intéressant: il fallait de plus en plus de camions pour ravitailler les camions qui ravitaillaient d'autres camions emmenant l'essence et autre.

Un peu comme les raids Black buck pendant la guerre des Malouines, ou les Victors ravitaillaient les Victors qui ravitaillait le Vulcan.
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9277
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 21:37    Sujet du message: Répondre en citant

patzekiller a écrit:
une petite question par rapport à la v.1, issue de mes simulations.
j'ai l'impression que si la remontée depuis le sud s'est effectuée moins vite, l'effondrement va etre beaucoup plus brutal....
j'ai bon? j'aimerai avoir qq détails (éventuellement en mp pour ne pas spoiler) merci

Quelque part, c'est assez logique, vu que les Allemands s'échinent à retarder/empêcher la remontée de long de la vallée du Rhône, mais une fois qu'ils ont consumé leurs forces et détourné le peu qui reste vers la Normandie, sachant que ça commence à craindre méchamment à l'est, ben ça ne tient plus.
C'est bien toi qui utilises fréquemment la métaphore du string qui se tend puis casse brutalement ? Twisted Evil
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 5592
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 21:42    Sujet du message: Répondre en citant

loic a écrit:
C'est bien toi qui utilises fréquemment la métaphore du string qui se tend puis casse brutalement ? Twisted Evil

Un string qui casse ça ouvre des possibilités.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
houps



Inscrit le: 01 Mai 2017
Messages: 1918
Localisation: Dans le Sud, peuchère !

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 22:58    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
loic a écrit:
C'est bien toi qui utilises fréquemment la métaphore du string qui se tend puis casse brutalement ? Twisted Evil

Un string qui casse ça ouvre des possibilités.


Certains vont trouver la ficelle un peu grosse.
_________________
Timeo danaos et dona ferentes.
Quand un PDG fait naufrage, on peut crier "La grosse légume s'échoue".
Une presbyte a mauvaise vue, pas forcément mauvaise vie.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bob Zoran



Inscrit le: 19 Nov 2017
Messages: 273

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 23:02    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Côte d’Opale – La 4th Canadian Armoured suit désormais la RN 28, en direction de la Bresle, vers Abbeville par Blangy-sur-Bresle. Face à elle, la 49. ID (Sigfrid Macholz), descendue du Pas de Calais et qui tente – comme tout le LXVII. ArmeeKorps de Walther Fischer von Weikersthal – de monter ici une… disons une ligne de retardement, avec l’aide de tout ce qu’il est possible de sauver de la débâcle de Normandie.


La Côte d'Opale débute plus au nord que le Tréport et la vallée de la Bresle, plutôt à partir de la Somme jusqu'à Dunkerque.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 23:04    Sujet du message: Répondre en citant

Et au sud du Tréport, on utilise quel nom ?
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Mar 15, 2024 23:08    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, pendant ce temps, Wil Coyote a retrouvé ses Belges, tous ses Belges !

1er juin
Grande nouvelle
Melun
– Le 2e CA est relevé par le 3e CA français. Jules Bastin fournit toutes les informations possibles au général de Lattre pendant que son état-major prépare le prochain mouvement. Les unités en profitent pour se reposer… mais pas longtemps. Le colonel Allard, CEM du corps, arrive en brandissant un message : « Mon général, nous avons nos ordres ! »
– Que disent-ils, pour que vous paraissiez si réjoui ?
interroge Bastin.
– Eh bien… D’abord, nous devons rejoindre Meaux… et le 1er CA ! Ensuite… direction plein nord !
– Plein nord… Je vois…
[Un silence.] Bien, voyons la carte pour l’itinéraire…
– Voici mon général. Melun, Chaumes-en-Brie, Crécy-la-Chapelle puis Meaux, où nous serons pris en charge par le Train français, qui nous indiquera nos positions.
– Faites donner les ordres, la Tancrémont en tête suivie des Ardennais, la 4e DI ferme la marche.
– A vos ordres.
– Et envoyez ce message à Victor Vandaele :
« Nous arrivons ».
– Avec joie mon général !
L’ordre descend rapidement vers les unités : le 2e Cycliste ouvre la marche. « Avec joie, pour une fois ! » aurait dit son chef de corps. Dans les half-tracks, les hommes sont au courant : cette fois, on se dirige droit vers le pays… enfin !
………
Dans son Bedford Office, Victor Vandaele lit ses ordres en compagnie de son CEM, Daufresne de la Chevalerie.
– Atteindre Meaux et faire la jonction avec le 2e CA… Ensuite, direction plein nord ! Vers Saint-Quentin et puis…
– Et puis chez nous enfin !
– Mon général !
L’officier Transmissions arrive, un grand sourire aux lèvres : « J’ai un message du 2e Corps ! Un message très court… »
– Et que dit-il ?
– Nous arrivons !
– C’est du Jules Bastin tout craché, cela ! Répondez
« Bien reçu, nous vous attendons. » Et… Daufresne, faites passer le message aux unités : « Attendez-vous à voir arriver sous peu des chars belges en provenance du sud ! »
………
Juché sur son char Sherman Firefly, le logis Lucien Dumont a entendu l’information, et c’est le seul sans doute qu’elle ait fait pâlir d’inquiétude. Car si le 2e Corps les rejoint, il va devoir affronter la colère de son père… Mon Dieu, que ça va être difficile !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
FREGATON



Inscrit le: 06 Avr 2007
Messages: 4275
Localisation: La Baule

MessagePosté le: Sam Mar 16, 2024 09:08    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Et au sud du Tréport, on utilise quel nom ?

Il y à la côte d'Albâtre qui part de la baie de Seine jusqu'à Dieppe, entre Dieppe (nord de la côte d'Albâtre) et Berck (sud de la côte d'Opale) c'est la côte picarde tout simplement...
_________________
La guerre virtuelle est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux civils.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Europe du Nord Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3 ... 61, 62, 63  Suivante
Page 1 sur 63

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com