Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Europe occupée - Mai 1944
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - En France occupée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 13797
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 11:40    Sujet du message: Europe occupée - Mai 1944 Répondre en citant

1er mai
Pour Bordeaux
Un général sûr de lui
Kommandantur de Bordeaux, 09h00
– Le Feldkommandant de la cité, le général-major Hans Knoerzer, est ce matin un homme préoccupé. Certes, les chars américains sont encore loin – ils n’ont pas réussi à rattraper leurs adversaires et doivent encore nettoyer un bon morceau de France avant d’arriver à Bordeaux. Mais la situation dans le Sud-Ouest s’est dégradée ces dix derniers jours et les coups de boutoir de Cobra ont bousculé la 1. Armee. D’ailleurs, Knoerzer a appris que le général Lemelsen, qui commande cette armée, n’est toujours pas rentré du QG de von Rundstedt. Il semble qu’à Berlin, sa “prestation” n’ait guère été appréciée, ce qui n’est sûrement pas bon signe…
Bordeaux semble bien vulnérable, car la 1. Armee est en train de se rétablir sur la Dordogne, avec une position avancée sur la Garonne, que doit garnir la 159. ID pour permettre à la 9. Panzer de se réorganiser dans l’Entre-Deux-Mers. Rien n’est donc prévu pour tenir la ville, qui n’est d’ailleurs pas vraiment défendable, car pour l’essentiel située du mauvais côté de la Garonne. De plus, les moyens de transport sont embouteillés par les nombreux éléments hétéroclites qui évacuent le grand Sud-Ouest en direction de l’Allemagne : personnels de la marine et de la Luftwaffe, douaniers, feldgendarmes et personnels des Feldkommandanturs, convalescents du Front de l’Est rattrapés par la guerre, “souris grises” de différents services, personnels médicaux…
Pour ralentir l’avance américaine, les ponts sur la Garonne tenus par la 159. ID devront être détruits. Le général Meyer-Rabingen, qui commande la division, aura pour cela besoin des explosifs que détient la Kriegsmarine de Bordeaux. Son responsable local, le capitaine de corvette Kühnemann, a tenu à rassurer Knoerzer : aucune inquiétude de ce côté. Le sabotage de nombreux navires dans l’estuaire de la Gironde afin d’en bloquer l’accès a commencé depuis plusieurs semaines – tout comme l’avaient fait les Français en juin 40 ! Cependant, il reste largement de quoi faire sauter les ponts et les installations du port. Cependant, le général vient de repousser de quelques jours ces destructions. C’est que Knoerzer est un pragmatique plus qu’un homme d’action. Il a fait presque toute sa carrière à des postes d’instruction et, sûr de sa force, il a préféré attendre de voir comment la situation allait évoluer. Toute journée gagnée permettait de renforcer la Festung Royan décidée par le Führer en personne au mois de décembre.
D’autant plus que Friedrich Dohse, le chef de la Gestapo locale, lui a assuré qu’il avait anéanti les capacités de nuisance de la Résistance locale par ses habiles manœuvres. De fait, “l’affaire Grandclément” restera comme l’un des grands succès de la lutte de la Gestapo contre la Résistance française.
………
« André Grandclément, dit “Bernard” dans la clandestinité, ancien officier blessé lors de la première Campagne de France, était le chef régional de la Résistance pour le Bordelais depuis 1941. Monarchiste, proche du PSF et farouchement anti-communiste, il avait été repéré et arrêté en juillet 1943 par les hommes de Dohse. Au lieu de le torturer, ce dernier lui proposa un marché : donner les caches d’armes de la Résistance bordelaise en échange de la libération de la plupart des membres de son réseau, dont sa femme, sur le point d’être déportés. Et Grandclément accepta ! Mais c’est probablement la seconde partie de l’accord qui devait sceller son sort : aveuglé par son anti-communisme, il accepta aussi l’idée d’être armé par les Allemands et d’organiser un “maquis blanc” pour lutter contre les maquis d’obédience communiste du Bordelais ! Capturé par un groupe de Résistants en janvier 1944, il tenta de se justifier en affirmant n’avoir donné que les caches d’armes les moins importantes, souvent déjà connues des Allemands, pour sauver plusieurs dizaines de vies. Il demanda à être envoyé à Marseille pour présenter sa défense, mais un tribunal de Résistants le condamna à mort et le fit exécuter.
Grandclément n’était pas le premier Résistant français à avoir été retourné par la Gestapo ou même tout simplement à avoir louvoyé. Mais à Bordeaux, la confiance était rompue entre les membres libérés de son réseau et ceux restés inconnus des services allemands, entre les communistes et les autres, et entre les partisans de Grandclément et ses adversaires. Au printemps 1944, dans toute l’Aquitaine, la Résistance était désorganisée et profondément divisée, à cause de l’homme qui avait réussi à la fédérer quelques années auparavant… »

(A. Tyler, La Résistance dans le Bordelais, in L’Histoire n° 410, 2015)
………
Certes, on signale encore quelques échauffourées, comme à Talence, où un soldat allemand acculé a lancé une grenade dans la foule, ou près de Caudéran, où les convois sont la cible de nombreux coups de feu, mais cela n’a rien d’une insurrection comme à Grenoble ou à Toulouse. Knoerzer ne peut que féliciter Dohse – néanmoins, par mesure de précaution, il va demander au CC Kühnemann et au colonel Seiz, commandant de la garnison de Bordeaux, de rassembler dans la journée ce qu’il leur reste d’explosifs dans le bunker de la rue Raze, où sont déjà stockés ceux qui serviront au sabotage du port et des quais bordelais. Demain, quand le convoi envoyé par le général Meyer-Rabingen viendra les réclamer pour faire sauter les ponts sur la Garonne, cela fera gagner du temps…
………
12h00 – Toujours pour gagner du temps, Knoerzer va commencer des entretiens, d’aucuns diraient des négociations, avec les principales figures politiques de Bordeaux… et même, officieusement, de la Résistance bordelaise ! Raphaël Alibert, préfet de la région Aquitaine, a été nommé par Paris – Laval ou Doriot, aucune importance. Adrien Marquet, maire de la ville depuis une vingtaine d’années, a été confirmé à ce poste par le NEF, mais depuis quelque temps, il ne s’y réfère plus. C’est lui qui est entré en contact avec le troisième invité, un certain « commandant Ségur », venu en civil et qui affirme représenter Alger… enfin, Marseille… et les « Forces Françaises de l’Intérieur » ! Ces trois-là risquent d’avoir du mal à s’entendre ! Knoerzer s’attendait à moitié à voir arriver un officier américain – mais il semble qu’aucun des Français n’ait souhaité la présence de leur puissant allié. Tant mieux – c’est une chose pour un officier allemand de négocier avec les autorités “civiles” d’une cité ennemie pour évacuer celle-ci sans trop de casse, c’en serait une autre, un mois et demi après Walkyrie, de traiter avec un adversaire en uniforme !
Originaire d’Ulm, le général aurait-il l’intention de venger une éclatante victoire française, obtenue par la manœuvre et la négociation ? A moins qu’il ne veuille marcher sur les traces d’Hindenburg, qu’il admire depuis longtemps – jeune officier, il avait publié une étude le comparant à Hannibal, rien de moins !

Un Marine-Offizier sentimental
Rue Raze, Bordeaux, 18h00
– Il attend. Ce n’est pas qu’il hésite. Non. Au fond de lui, sa décision est prise et il ne voit pas d’alternative. Si, bien sûr, il pourrait faire son devoir de soldat. Juste obéir aux ordres et abandonner tout état d’âme. Mais pour lui, ce serait s’abandonner lui-même, une sorte de suicide moral. Et c’est hors de question ! Sa conscience protestante le lui interdit ! Après tout, s’il a réchappé à trois naufrages en six mois, il y a quatre ans, c’était probablement pour une bonne raison ! En tout cas, pas pour causer la mort et la destruction comme on lui a ordonné de le faire. Parce qu’en tant que maître artificier, il sait bien qu’il n’y a pas que les quais qui doivent être détruits, mais aussi les ponts de la ville (dont le Pont de Pierre), le palais Rohan, la cathédrale et bien sûr la synagogue (il n’a jamais bien compris pourquoi Hitler en voulait tant aux Juifs…).
Non décidément, le Marine-Offizier Heinz Stahlschmidt, natif de Dortmund, ne peut se résoudre à faire ça à sa ville d’adoption, où il est en garnison depuis qu’il a demandé à ne plus naviguer (ce qui, après trois naufrages, lui a été accordé facilement : toutes les marines du globe sont quelque peu superstitieuses). Et puis, surtout, il ne peut pas faire ça à Henriette… La Wehrmacht s’effondre dans le Sud-Ouest, elle s’effondre à l’est de l’Europe – dans un an tout au plus, la guerre sera terminée et l’Allemagne n’en sortira pas vainqueur. Il est temps de mettre fin aux destructions inutiles. Et il faudra qu’il le fasse seul, vu que l’instituteur Dupuy, son contact dans la Résistance (il a été introduit auprès de cette dernière par des amis d’Henriette), lui a expliqué dans la matinée qu’il n’avait pu trouver des hommes fiables assez nombreux pour forcer l’entrée du blockhaus de la rue Raze.
Aussi, c’est d’un air décidé que Stahlschmidt pénètre dans l’entrepôt d’explosifs de la Kriegsmarine. Tellement décidé qu’il ne fait probablement pas attention aux deux hommes de la Gestapo qui le filent et qui ont commencé à enquêter sur son entourage bordelais depuis quelques jours… Faisant prendre congé pour le reste de la journée au maximum de personnels présents, dans la limite de son grade et de ses prérogatives, le Marine-Offizier s’isole dans la réserve où sont stockés les explosifs. Le fait qu’il y en ait encore plus que prévu n’arrête pas l’artificier. Il ressort quelques minutes plus tard et remonte sur son vélo avant de filer en direction de Dupuy au Bouscat. Pendant ce temps, les deux gestapistes, curieux, sont allés voir ce que Stahlschmidt a bien pu fabriquer dans le blockhaus. Mais ce dernier n’a mis à son détonateur qu’une amorce de quatre petites minutes…
L’explosion du blockhaus fait une quinzaine de victimes, dont les deux agents de la Gestapo. Bordeaux est sauve. L’Occupant n’a plus les moyens de lui faire de mal.
………
« Stahlschmidt, considéré comme traître à sa patrie, ne put retourner à Dortmund qu’en 2001, vers la fin de sa vie. Dès 1947, il se fit naturaliser Français et prit le nom d’Henri Salmide. Il épousa Henriette et fut tour à tour démineur et sapeur-pompier forestier, pour finir sa carrière à bord du bateau-pompe de la ville de Bordeaux. La France reconnaissante le décora de la Légion d’Honneur à la fin des années 90… pour ses 23 ans de services civils ! Ce n’est que bien des années après les faits que le nom d’Henri Salmide finit par être connu des Bordelais : l’explosion du blockhaus de la rue Raze avait été revendiquée avec acharnement par les diverses factions de la Résistance bordelaise ! Mais Heinz/Henri et Henriette s’en moquaient bien. » (A. Tyler, op. cit.)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hendryk



Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 3240
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 12:45    Sujet du message: Re: Europe occupée - Mai 1944 Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Knoerzer ne peut que féliciter Dohse – néanmoins, par mesure de précaution, il va demander au CC Kühnemann et au colonel Seiz, commandant de la garnison de Bordeaux, de rassembler dans la journée ce qu’il leur reste d’explosifs dans le bunker de la rue Raze, où sont déjà stockés ceux qui serviront au sabotage du port et des quais bordelais.

Ce n'était pas un nom chanceux pour cette rue...
_________________
With Iron and Fire disponible en livre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
John92



Inscrit le: 27 Nov 2021
Messages: 1028
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 12:49    Sujet du message: Répondre en citant

...
Son responsable local, le capitaine de corvette Kühnemann, a tenu à rassurer Knoerzer : aucune inquiétude de ce côté. Le sabotage (sabordage – simple suggestion) de nombreux navires dans l’estuaire de la Gironde afin d’en bloquer l’accès a commencé depuis plusieurs semaines – tout comme l’avaient fait les Français en juin 40 ! Cependant ( Néanmoins ?), il reste largement de quoi faire sauter les ponts et les installations du port. Cependant , le général vient de repousser de quelques jours ces destructions.
...
D’autant plus que Friedrich Dohse, le chef de la Gestapo locale, lui a assuré qu’il avait anéanti les capacités de nuisance de la Résistance locale par ses habiles manœuvres. De fait, “l’affaire Grandclément” restera comme l’un des grands succès de la lutte de la Gestapo contre la Résistance française.
………
« André Grandclément, dit “Bernard” dans la clandestinité, ancien officier blessé lors de la première Campagne de France, était le chef régional de la Résistance pour le Bordelais (l’Aquitaine ? ) depuis 1941. Monarchiste, proche du PSF et farouchement anti-communiste, il avait été repéré et arrêté en juillet 1943 par les hommes de Dohse. Au lieu de le torturer, ce dernier lui proposa un marché : donner les caches d’armes de la Résistance bordelaise en échange de la libération de la plupart des membres de son réseau, dont sa femme, sur le point d’être déportés. Et Grandclément accepta ! Mais c’est probablement la seconde partie de l’accord qui devait sceller son sort : aveuglé par son anti-communisme, il accepta aussi l’idée d’être armé par les Allemands et d’organiser un “maquis blanc” pour lutter contre les maquis d’obédience communiste du Bordelais !
… »

(A. Tyler, La Résistance dans le Bordelais, in L’Histoire n° 410, 2015)
………
Certes, on signale encore quelques échauffourées, comme à Talence, où un soldat allemand acculé a lancé une grenade dans la foule, ou près de Caudéran, où les convois sont la cible de nombreux coups de feu, mais cela n’a rien d’une insurrection comme à Grenoble ou à Toulouse. Knoerzer ne peut que féliciter Dohse – néanmoins, par mesure de précaution, il va demander au CC Kühnemann et au colonel Seiz, commandant de la garnison de Bordeaux, de rassembler dans la journée ce qu’il leur reste d’explosifs dans le bunker de la rue Raze, où sont déjà stockés ceux qui serviront au sabotage du port et des quais bordelais. Demain, quand le convoi envoyé par le général Meyer-Rabingen viendra les réclamer pour faire sauter les ponts sur la Garonne, cela fera gagner du temps…
………
12h00 – Toujours pour gagner du temps, Knoerzer va commencer des entretiens, d’aucuns diraient des négociations, avec les principales figures politiques de Bordeaux … et même, officieusement, de la Résistance bordelaise (à supprimer ? tout simplement Aquitaine étant utilisée juste après ) !
...
Pendant ce temps, les deux gestapistes , curieux, sont allés voir ce que Stahlschmidt a bien pu fabriquer (trafiquer – simple suggestion ) dans le blockhaus. Mais ce dernier n’a mis à son détonateur qu’une amorce de quatre petites minutes…
L’explosion du blockhaus fait une quinzaine de victimes, dont les deux agents de la Gestapo. Bordeaux est sauve (sauvée – simple suggestion, sauve est correcte mais personnellement je trouve que sauvée « sonne » mieux ).
...


Belle histoire: où comment l'amour sauva Bordeaux
Merci
_________________
Ne pas confondre facilité et simplicité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 10079

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 13:49    Sujet du message: Répondre en citant

A l'hôpital de Bordeaux (je ne ais plus lequel, tiens..Wink ) j'étais au département neurologie dans une chambre double avec un vieil homme... en discutant avec lui je me susi apperçut qu'il parlait parfaitement français mais avec un accent allemand. Il m'a raconté son histoire: Soldat allemand pris au piège dans bordeaux pendant la guerre, il n'est jamais reparti.
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 1050
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 14:28    Sujet du message: Répondre en citant

Un officer allemand non indoctriné par la propagande du reich, il doit pas en rester beaucoup.
_________________
"You and I are opposite sides of the same coin. When we face each other, we can finally see our true selves. There may be a resemblance, but we never face the same direction."

Larry Foulke
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1947

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 17:11    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
...
De plus, les moyens de transport sont embouteillés par les nombreux éléments hétéroclites qui évacuent le grand Sud-Ouest en direction de l’Allemagne : personnels de la marine et de la Luftwaffe, douaniers, feldgendarmes et personnels des Feldkommandanturs, convalescents du Front de l’Est rattrapés par la guerre, “souris grises” de différents services, personnels médicaux…


Déjà les problèmes de rocade bordelaise?
Arrow
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 5466
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 18:07    Sujet du message: Répondre en citant

Wardog1 a écrit:
Un officer allemand non indoctriné par la propagande du reich, il doit pas en rester beaucoup.

À force de défaites, de territoires perdus, de bombardements aériens, d'insuffisance des matériels disponibles en terme de quantité et souvent de qualité, même de destructions futiles et d'exactions meurtrières inutiles, il doit quand même y avoir quelques galonnés allemands qui doivent commencer à se poser des questions sur le pourquoi et le comment de la folle aventure hitlérienne, sur ses conséquences sur le devenir de l'Allemagne d'après-guerre comme sur leur propre sort.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9408

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 18:50    Sujet du message: Répondre en citant

Finen a écrit:
Citation:
...
De plus, les moyens de transport sont embouteillés par les nombreux éléments hétéroclites qui évacuent le grand Sud-Ouest en direction de l’Allemagne : personnels de la marine et de la Luftwaffe, douaniers, feldgendarmes et personnels des Feldkommandanturs, convalescents du Front de l’Est rattrapés par la guerre, “souris grises” de différents services, personnels médicaux…


Déjà les problèmes de rocade bordelaise?
Arrow


Et dire que je me suis abstenu... (histoire de ne point me répéter !)

J'espère qu'ils ont pas cramé la rue du Loup, les Archives municipales venaient d'y emménager... en 1939. Elles y sont restées jusqu'en 2014 ! Shocked
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9003
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2022 18:55    Sujet du message: Répondre en citant

Mais il y a aussi l'amour, cela permet des choses insoupçonnées...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JPBWEB



Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 4113
Localisation: Thailande

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 08:53    Sujet du message: Répondre en citant

Imberator a écrit:
Wardog1 a écrit:
Un officer allemand non indoctriné par la propagande du reich, il doit pas en rester beaucoup.

À force de défaites, de territoires perdus, de bombardements aériens, d'insuffisance des matériels disponibles en terme de quantité et souvent de qualité, même de destructions futiles et d'exactions meurtrières inutiles, il doit quand même y avoir quelques galonnés allemands qui doivent commencer à se poser des questions sur le pourquoi et le comment de la folle aventure hitlérienne, sur ses conséquences sur le devenir de l'Allemagne d'après-guerre comme sur leur propre sort.


On pourrait le penser, mais il semble que non, pas vraiment. Même après la défaite, les militaires professionnels faits prisonniers et interroges (ou écoutés a leur insu) faisaient montre d'une totale séparation d'avec la réalité, en raison de l’intensité de la propagande et la prise de contrôle totale du pays par le parti nazi avant guerre, du lavage de cerveau dans la Hitlerjugend, des victoires (relativement ) faciles du début de la guerre, de la manifeste supériorité du matériel et de la tactique que conserve l’Allemagne jusqu’à la fin (du moins a leurs yeux) etc. Aussi, il y a la célèbre ténacité allemande dans l’adversité, la même qui fait se battre leur équipe de foot jusqu’à la dernière seconde du match. Également le précèdent de 1918, quand l’armée clairement surclassée par l’offensive alliée réussit a se replier sur le territoire national afin qu’une paix négociée puisse intervenir, qui préserve l’essentiel (l’intégrité du territoire et la souveraineté nationale). Et la bonne conscience et l’impression de trahir son pays, et les camarades morts au combat, en entretenant des pensées défaitistes.

Il y a décidément beaucoup dans l’âme allemande qui nous sépare de leur manière de voir les choses…
_________________
"L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées"
Konrad Adenauer
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9408

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 14:21    Sujet du message: Répondre en citant

Sont retors ces allemands ! 1982, 1986...

"Le foot est un jeu aux règles très simple. Il se joue a 11 contre 11 plus les arbitres sur un terrain rectangulaire, faut mettre le ballon dans le but - et à la fin c'est les Allemands qui gagnent. "

Légendaire !
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9357
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 17:53    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
aveuglé par son anti-communisme, il accepta aussi l’idée d’être armé par les Allemands et d’organiser un “maquis blanc” pour lutter contre les maquis d’obédience communiste du Bordelais ! Capturé par un groupe de Résistants en janvier 1944, il tenta de se justifier en affirmant n’avoir donné que les caches d’armes les moins importantes, souvent déjà connues des Allemands, pour sauver plusieurs dizaines de vies. Il demanda à être envoyé à Marseille pour présenter sa défense, mais un tribunal de Résistants le condamna à mort et le fit exécuter.


Tiens donc - ainsi, ce ne sont pas les seuls.

Citation:
Stahlschmidt, considéré comme traître à sa patrie, ne put retourner à Dortmund qu’en 2001, vers la fin de sa vie. Dès 1947, il se fit naturaliser Français et prit le nom d’Henri Salmide. Il épousa Henriette et fut tour à tour démineur et sapeur-pompier forestier, pour finir sa carrière à bord du bateau-pompe de la ville de Bordeaux. La France reconnaissante le décora de la Légion d’Honneur à la fin des années 90… pour ses 23 ans de services civils ! Ce n’est que bien des années après les faits que le nom d’Henri Salmide finit par être connu des Bordelais : l’explosion du blockhaus de la rue Raze avait été revendiquée avec acharnement par les diverses factions de la Résistance bordelaise ! Mais Heinz/Henri et Henriette s’en moquaient bien


OTL ?
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9408

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 18:15    Sujet du message: Répondre en citant

Salmide palombe, une spécialité locale que je recommande chaudement... Arrow a condition de ne pas mettre du ketchup Heinz dedans, bien sur...
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1947

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 18:20    Sujet du message: Répondre en citant

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Salmide

Et oui, c'est parfaitement OTL!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 9408

MessagePosté le: Lun Nov 14, 2022 18:34    Sujet du message: Répondre en citant

C'est incroyable cette histoire. De la première à la dernière ligne.
_________________
Sergueï Lavrov: "l'Ukraine subira le sort de l'Afghanistan" - Moi: ah ouais, comme en 1988.
...
"C'est un asile de fous; pas un asile de cons. Faudrait construire des asiles de cons mais - vous imaginez un peu la taille des bâtiments..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - En France occupée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
Page 1 sur 10

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com