Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Blindés en AFN
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Catalina



Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 83
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 15:07    Sujet du message: Répondre en citant

Fantasque a écrit:
Je ne pensais pas que la Grande-Bretagne avait reçu autant d'armes de la part des USA.


Pour être tout à fait complet la Grande Bretagne a également reçu des Etats-Unis OTL, comme artillerie de campagne:
- 78 canons antichars M3 de 37 mm;
- 15 canons de 2-pdr;
- 4.242 canons antichars M1 de 57 mm;
- 192 canons de 25-pdr;
- 802 pack Howitzer de 75 mm;
- 184 canons M1 de 155 mm;
- 17 canons M1 de 203 mm;
- 610 obusiers M1 de 203 mm;
- 28 obusiers M1 de 240 mm.

et pour l'artillerie antiaérienne:
- 800 Oerlikon de 20 mm;
- 432 canons de 37 mm M1A2;
- 2.834 Bofors de 40 mm;
- 20 canons de 3-inch;
- 547 canons de 3.7-inch.

Chiffres du Lend-Lease qui comporte également 170 canons de 75 mm (M1917 et (?) M1897), 54 canons de 155 mm GPF (M1917/M1918) et 236 obusiers de 155 mm (M1917/M1918 et (?) M1). J'ignore par contre s'il faut ajouter ces chiffres aux 900 canons de 75, 274 obusiers de 155 et environ 80 canons de 155 déjà cités, ou s'ils sont compris dedans.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1408

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 15:27    Sujet du message: Répondre en citant

La taille des équipes de pièces est en effet le plus grand frein à l'emploi d'un canon.

Pour un 75 ou un 105 motorisé, une équipe de 6 hommes suffis même si le manuel en prévois un peu plus, par contre 18 à 20 hommes sont nécessaires pour manipuler l'énorme train roulant du long tom et que dire d'un 203 ...

En plus de cela, un canon léger (75 et 105) se met en batterie et quitte très vite sa position (5 à 10 minutes suivant le terrain) alors que les lourds demandent une équipe pleine forme pour réussir à tirer en moins de 20 minutes sur terrain dur.

Cela conduira à l'obusier de 155 Tr modèle 1950 qui avec ses rainures à pas progressif sera l'équivalent du long tom en portée et pèsera deux fois moins.

Pour avoir eu à servir le 105 américain, il se révèle être une pièce légère de grande efficacité, très rustique, mobile et capable de tir direct sans préparation spéciale. Sa cartouche encore assez légère permet une très grande cadence de tir offrant ainsi une capacité de saturation meilleure encore que celle du 75. Dès que les moyens le permettrons, les divisions voudront remplacer nombre pour nombre leurs 75 par des 105.

C'est ce qui est arrivé OTL, après 1945, les 75 restant servirons à l'instruction et les 105 suivrons progressivement le même chemin quand les obusier de 155 modèle 50 montrerons qu'ils sont manœuvrables rapidement avec une équipe réduite à 10 hommes conducteurs compris.

En terme cadres, un canon tracté ne demande qu'un chef de pièce bien formé et pointeur de qualité, le reste de l'équipe peut provenir de recrues de moins de 2 mois disposant de suffisamment de muscles. L'équipe de calcul, et l'équipe topo étant commune à toute batterie quel que soit le calibre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 16:01    Sujet du message: Répondre en citant

Exact.

Le seul avantage du 75 face au 105 (si on parle du 75 TAZ) c'est sa portée, 14000m, qui permet d'engager les pièces ennemies équivalentes avec une certaine marge.

Les compte-rendus allemands de 40 signalent que le feu Français en contre-batterie est efficace et meurtrier (l'inverse de 14-18, en 40 c'est la Wehrmacht qui est souvent légère en artillerie face aux DI françaises).

Il semble que l'artillerie française ait développé une doctrine assez sophistiquée dans les années 20-30.
Il m'a bien été confirmé que, via le labo de recherches de ITT France, qui travaillait avec d'autres sociétés françaises, les équipements gonio étaient excellents.
Ils expliquent les tirs d'interdiction et de suppression de commandement réalisés par l'artillerie française à plusieurs reprises en mai 40.

--

Pour ce qui est des chiffres du lend-lease, je les connaissais.
Ce sont les chiffres d el'aide "immédiate", celle de l'été et de l'automne 40 qui m'ont surpris.

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pontus



Inscrit le: 15 Déc 2006
Messages: 80
Localisation: Port-au Prince

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 18:18    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Fantasque a écrit :

Citation:
Par ailleurs, l’Armée Française avait en 1940 352 GPF et 24 GPFT. Un certain nombre de ces pièces ont été capturées par les Allemands, et les GPFT furent envoyés à l’Afrika-Korps (cette version peut être remorquée à 30 km/h contre 8 pour le GPF).
Ceci laisse à penser que des GPF et GPFT devraient pouvoir être évacués vers l’AFN (disons 75 GPF et 16 des 24 GPFT ?).

SURVIVANTS DE LA CAMPAGNE DE FRANCE.

Deux types d’obusiers de 105-mm sont utilisés en 1940 le L17 Mle 1935 Bourges et le L20 Mle 1934 Schneider.
Compte tenu du nombre de pièces existantes, on peut penser que 120 à 150 pièces pourraient être évacuées.

Canon de 105mm L (L/2 Mle 1913 Schneider.

Excellent canon de campagne, qui donne en Russie le 107-mm Obukhov. Portée : 11800/12100m
857 pièces sont en service en 1940. On peut estimer à 160 – 180 le nombre de pièces évacuées.


J'ai bien peur que l'on ne puisse pas évacuer une telle quantité de canons lourd. Honnêtement, je ne pense pas, pour avoir travaillé sur la question, que l'armée française ait encore tous ces canons en stock à la mi-juin.
Quand à retirer les pièces des unités en ligne cela me parait très dangereux et là encore j'ai quelques doutes quand à l'interet et la faisablilité de la chose.

Plusieurs documents émanant des généraux Colson et Ricard, repris dans leurs mémoires par Weygand et de Gamelin indiquent que fin mai, il n'y a plus en stock que 100 canons de 75 et 50 canons de 120L.
Quelques régiments d'artillerie sont reconstitués au mois de juin, principalement par ré-attribution de materiel rescapé des combats.

A vue de nez on ne peut esperer évacuer que ce qui est disponible :
-Materiel d'instruction fatigué principalement du 75 et du 95mm.
-Materiel neuf non pris en compte, je n'ai pas de donnée mais il doit être possible de trouver ce qui été produit en juin à Bourges, à Tarbes ou ailleurs.
-Materiel à valoriser.
Il semble que parallèlement il existait un certain nombre de pièces non mobilisées dans les ERG, des materiels incomplets, à roue bois, fer ou à pneu plein. Les programmes de valorisation avaient selon S.Ferrard pris du retard et cela ne semble s'être amelioré tardivement.
-Commandes étrangères. On a par exemple récupéré des canons de 25 et de 105 destinés à la Roumanie pour la défense de la vallée du Rhone.

Noguès avait fait passer une liste de demande de materiel et Colson avait recensé ce qui était disponible, soit en parc (principalement à Toulouse), soit en ligne (DCA) mais repliable :
-11 batteries de DCA (75 et 90)
-24 canons de 75
-1200 FM
-300 mitrailleuses
-40 mortiers
Auxquels il faut ajouter une poignée de 75G et 47 de marine évacués de Marseille.

Citation:
Le canon de 155 L55 Mle 1932 Schneider de Marine.
4 batteries de 4 pièces existent, une statique au Sénégal, et 3 « mobiles » armées par des Marins.
La Batterie 1 et Sfax en juin 40, la Batterie 2 à Toulon et la Batterie 3 à Bizerte.
La Batterie 2 sera certainement perdue à l’issue de la défense de Toulon, mais les Batteries 1 et 3 devraient être employées contre les Italiens (portée de la pièce 26000 à 27500m).


Les batteries de Sfax et de Toulon ont été déployé dans le Pas de Calais en 1939 et ont fini leur carrière là-bas.
Celles de Bizerte et Dakar sont toujours operationnelles, mais mes sources les indiquent sur GPF.
Le reste des 155 qui dépendaient de la marine (en parc à Toulon), a été attibué au 104e RAL, qui bloque les Allemands à Voreppe.

Amicalement Pontus
_________________
"Tant que le militaire ne tue pas, c'est un enfant.
On l'amuse aisément. N'ayant pas l'habitude de penser, dès qu'on lui parle il est forcé pour vous comprendre de se résoudre à des efforts accablants." Céline
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 18:53    Sujet du message: Répondre en citant

Pour la batterie de Sfax, elle est encore donnée en AFN en 1942.
Il y a probablement une erreur.

Pour les autres matériels, tout dépend de ce qui a été utilisé et dans quelles conditions.
Les RAD et RALD qui se replient, même en combattant, vont pour ceux de la vallée du Rhone, se trouver probablement à court de munitions vers la fin.
Il me semble que l'on puisse évacuer certaines pièces.

J'ai dû être trop optimiste pour les GPF qui sont peu mobiles.
La situation des GPFT doit être différente.
Il serait bon d'avoir une localisation des matériels au 20 juin 40, mais je ne sais pas si cela est possible

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
patzekiller



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 3638
Localisation: I'am back

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 20:37    Sujet du message: Répondre en citant

il me semble qu'il y avait des groupes de GPF en AFN, il va de soit dans ce cas de figure que l'artillerie française fera feu de tout bois dans un premier temps quitte à se servir sur les pieces et les eventuels stock capturés en lybie, voire en sardaigne: il faudra detailler ce point... Question
_________________
www.strategikon.info
www.frogofwar.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Catalina



Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 83
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 22:47    Sujet du message: Répondre en citant

patzekiller a écrit:
il me semble qu'il y avait des groupes de GPF en AFN, il va de soit dans ce cas de figure que l'artillerie française fera feu de tout bois dans un premier temps quitte à se servir sur les pieces et les eventuels stock capturés en lybie, voire en sardaigne: il faudra detailler ce point... Question


Il y avait, en tout et pour tout, 9 matériels de 155 GPF en AFN en juin 1940 (8 en unités au 288e RAA et 1 en dépôt) avec, au total, 13.400 coups.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pontus



Inscrit le: 15 Déc 2006
Messages: 80
Localisation: Port-au Prince

MessagePosté le: Lun Juin 23, 2008 23:16    Sujet du message: Répondre en citant

Fantasque a écrit :
Citation:
Pour la batterie de Sfax, elle est encore donnée en AFN en 1942.
Il y a probablement une erreur.

Autant pour moi, après vérification ce sont les 2e et 3e batterie qui ont été engagées dans le nord. La 4e étant à Dakar, dispose apparement de tracteurs.

A prioris, on va commencer à avoir des problèmes de munitions après la chute de Grenoble et de son parc qui assure la logistique de l'armée des Alpes. Un peu avant la mi-juillet.
Reste le problème du repli par des routes peu commodes et encombrées sous la menace de l'aviation allemande. Je rappelle que Marseille a été victime d'un premier raid aérien début juin. La deuxième semaine de juillet va certainement être beaucoup plus chaude...
Doit-on prendre le risque de sacrifier du tonnage contre des canons...
Pour ma part je verrais plutot une évacuation du materiel des parcs du sud-ouest vers la fin juin à partir de Port-Vendre, comme cela semble se dessiner en OTL.
En recherchant, je dois pouvoir donner une estimation, mais cela
risque de me demander un peu de temps.
D'autre part les canons non pris en compte, sortis de l'arsenal de Tarbes doivent être disponibles dans un parc du sud-ouest mais ou et combien?

Bien amicalement Pontus
_________________
"Tant que le militaire ne tue pas, c'est un enfant.
On l'amuse aisément. N'ayant pas l'habitude de penser, dès qu'on lui parle il est forcé pour vous comprendre de se résoudre à des efforts accablants." Céline
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 09:23    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Je pense effectivement que Port-Vendres pourrait être un point d'embarquement plus calme.

Les raids aériens début juillet peubvent ête facilement neutralisés.
Mais, dès que les Bf-109E sont à Valence puis Avignon, cela deviendra impossible.
Si la retraite est faite méthodiquement, les terrains ne seront pas immédiatement utilisables.
Cependant, après 4 à 5 jours, la chaîne logistique Allemande permùettra sans soute à ce qu'un ou 2 Gruppen de 109 puissent opérer, et après Une semaine on en aura encore plus.

Amitiés
F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Manu Militari



Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 57

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 10:15    Sujet du message: Répondre en citant

Petite question en toute humilité (je reconnais par avance que l'aviation n'est pas mon arme de référence)

Fantasque a écrit:
Bonjour,
Si la retraite est faite méthodiquement, les terrains ne seront pas immédiatement utilisables.
Cependant, après 4 à 5 jours, la chaîne logistique Allemande permettra sans soute à ce qu'un ou 2 Gruppen de 109 puissent opérer, et après Une semaine on en aura encore plus.

Ne prête t on pas un peu trop de qualité aux allemands. Je comprend le souci de ne pas verser dans le défaut "les français réussissent tout" mais c'est valable pour tous, y compris les "prussiens". Je trouve le délai de remise en ordre des aéroports TRES courts. La logistique n'est pas le point fort de l'armée allemande pendant la seconde guerre. C'est même un de ses points faibles.

Quand je regarde les délais nécessaires aux belligérents pour réactiver des aéroports, les ports, etc après capture. Quand je vois les efforts de l'armée américaine pendant le débarquement alors que la logistique est le point fort de l'US Army (et des ressources quasi infini). Avec l'expérience de 3 ans de guerre ...

Comment diable ont ils faits pour acheminer le carburant d'aviation, les munitions et les bombes lourdes (> 250 kg) ? (sans parler des pièces de rechanges) malgrès le manque de camion, les sabotages, l'absence de chemin de fer, les combats de retardement, les troupes françaises isolés qui se jetteront sur le moindre convoi de ravitaillement sans protection. Question Question Question

En résumé, je suis très perplexe :euphémisme: un gruppen de chasse, ce n'est pas un régiment d'infanterie. Shocked


en OTL, quel ont été les délai nécessaires à la Luftwaffe pour déplacer ses unités pendant l'offensive de 1941 sur le front de l'Est ? On t il réussi à capturer des stocks de carburant, des aérodromes intacts ?

EDIT : orthographe

Salutations
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fantasque



Inscrit le: 20 Oct 2006
Messages: 1336
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 12:03    Sujet du message: Répondre en citant

Ce n'est pas faux, et en fait j'indiquais le positionnement "avancé" d'un groupe de Bf-109 et certainement pas des bombardiers.

On a historiquement des mouvements relativement rapides des groupes de chasse de la LW (le 109 a une autonomie assez faible). Dans la confusion de la 1ère quinzaine de juin certains terrains ont été utilisés en 48h mais cela parce que les réserves de carburant n'avaient pas été détruites par les français.
Ce genre d'épisode est peu probable FTL lors de la bataille dans la Vallée du Rhone.
En indiquant un élai de 4 à 5 jours après la capture du terrain je suis plus pessimiste que les chiffres historiques (mais correspondants à des situations très particulières).
Je parle d'un ou deux "groupes" soit, dans les conditions de l'époque environ 40 avions (il y a de 3 à 4 Gruppen par JG mais les effectifs des Gruppen serot tombés en juillet 40).

40 Bf-109E cela veut dire environ 14 tonnes de carburant et munitions par mission (en admettant que TOUS les avions y participent ce qui est peu probable, en fait on aura 28 à 32 avions opérationnels sur les 40 positionnés).
Les Ju-52 peuvent faire la navette (au détriment de l'alimentation des avant-gardes terrestres).

On voit alors que, dans les 5 jours suivant la capture de Valance et Avignon on aura les premiers raids escortés par des VBf-109 sur Marseille et Toulon, mais qu'il faudra certainement attendre entre 7 et 12 jours après la capture de ces terrains pour que la présence aérienne de la chasse allemande soit massive.

Or, si vous lisez sur le fil ou on a évoqué la présence du HMS Carlisle devant marseille et Toulon, j'ai indiqué qu'il pourrait certainement continuer à opérer jusqu'au 26 juillet soit 12 jours après la chute d'Avignon....

Les He-111 et les Ju-88 n'ont pas besoin d'être positionnés très près de la ligne de front.
le problème est que tant que ces aérodromes avancés ne sont pas sous le contrôle Allemand et opérationnels pour les 109, les raids sur la côte devront être soit escortés par des Bf-110 soit pas escorté du tout.
Et là, compte tenu de l'écran de chasse (D-520 et H75) cela peut faire très mal....

F
_________________
Fantasque
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Catalina



Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 83
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 18:41    Sujet du message: Répondre en citant

Fantasque a écrit:
La principale raison n'est pas immédiatement la crainte de voir apparaître des chars allemands sur-blindés, mais la volonté de pouvoir engager les chars connus aux distances les plus grandes possibles, soit en général 1500 à 2000m. À cette distance les mitrailleuses dont les chars sont équipés ne peuvent engager les servants des pièces anti-chars et ce derniers ont peu à craindre du 37 ou du 50-mm sauf impact sur la pièce. Seul le 75mm court des PzIV peut réellement engager les anti-chars au-delà de 1500m.


Il est prévu d'équiper les batteries antichars de télémétres à coïncidence?? o_O Car cela ne sert à rien de vouloir engager un char à 1.500 ou 2.000 m avec une simple lunette... le 17-pdr britannique était ainsi équipé pour tirer jusqu'à 3.000 yards (915 m), le 6-pdr à 900 yards (274 m)... même si la lunette télescopique du 47 Mle 1937 était éttalonée jusqu'à 3.500 m, sa portée pratique était limitée à 1.000 m du fait de l'absence de télémétrie (les trois chars détruits à 1.500 m par la batterie du SLT NAYME l'ont été grace aux relevés topographiques effectués avant positionnement. Dans une guerre de mouvement les servants risquent de manquer de temps pour effectuer ces relevés).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pontus



Inscrit le: 15 Déc 2006
Messages: 80
Localisation: Port-au Prince

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 18:58    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Il y a un autre problème, L'armée des Alpes combat avec une menace permanente sur ses arrières, je doute que les Italiens aient la capacité de percer. Le risque vient des Allemands qui visent Chambéry et Valence, ils vont rapidement cisailler les axes de retraite du 14e CA , le repli de l'artillerie qui a été laissé sur la frontière pour contrer les Italiens deviendra impossible, et ce qui parviendra à passer suffira à peine à reformer une ligne de front sur la Durance.

Au niveau de des raids aeriens, les calculs de Fantasque sont tout à fait valables. Mais une chose me dérange. Marseille a déjà subi un raid, le 2 juin, qui a fait des dégats : L'Oxford et le Chella coulés, Le Malgache hors d'état et quatre autres navires avariés, 45 morts et disparus plus d'une centaine de blessés, des ateliers et des hangars détruits. Je n'ai pas le détail des avions Allemands qui on participés à ce raid.
Le port a été bombardé une nouvelle fois le 21 par les Italiens. On peut déduire que Marseille est menacé dès la fin juin, et que cette menace va aller en s'accentuant.

Ces deux arguments me font penser que l'embarquement de canons par Marseille à la mi-juillet va être problematique.

Pour info, voilà ce qu'on a retiré des dépots du Sud-est (Grenoble, Lyon, Nimes, Valence, Marseille et Toulon) pour constituer l'armement des groupements qui défendent la vallée du Rhone. Il s s'agit pour l'essentiel de materiels d'instruction hippomobiles, une partie des 155 et les 105L provient d'une commande Roumaine non livrée.

155 GPF :32
155 GPFT : 8
155L77-14 : 12
105 L : 8
105 : 3
95/88 : 3
75 (tout types) : 24
75 T :10-12
65 Montagne : 16
65 Marine : 17
47 Marine : 21
47 AC : 13
60 canons de 25mm d'une commande destinée à la Turquie ont aussi été interceptés.

Cela donne une idée de ce que l'on eut récupérer en dépot.
Dans le sud-ouest la situation est un peu différente, il n'y a pas à improviser une armée, mais plutot à completer des divisions qui ont perdu une part importante de leur artillerie. On peut considérer que les dépots du Massif central et de la Charente vont être utilisés en priorité, c'est ce qui s'est passé en OTL. Ceux du sud-ouest et particulièrement celui de Toulouse où "les stocks de materiels individuels et collectifs sont encore importants" (L'Afrique du Nord dans la Guerre p76) vont certainement être évacués. C'est le but de la mission des Capitaines Loiret et Hachette dépêchés en métropole par Noguès vers le 20 juin.

Une estimation, de 100 canons de 75 mod97, une cinquantaine de 155 et 105 anciens (20+30), ainsi que des materiels neufs de 105 sortis de l'Arsenal de Tarbes, me parait tout à fait cohérente pour le materiel à évacuer.

Par contre une évacuation des dépôts du sud-ouest rend peu plausible la formation des 4 DI espagnoles sur la Charente ou la Dordogne.

Amicalement pontus
_________________
"Tant que le militaire ne tue pas, c'est un enfant.
On l'amuse aisément. N'ayant pas l'habitude de penser, dès qu'on lui parle il est forcé pour vous comprendre de se résoudre à des efforts accablants." Céline
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Finen



Inscrit le: 17 Oct 2006
Messages: 1408

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 20:28    Sujet du message: Répondre en citant

Catalina a écrit:

Il est prévu d'équiper les batteries antichars de télémétres à coïncidence?? o_O Car cela ne sert à rien de vouloir engager un char à 1.500 ou 2.000 m avec une simple lunette... le 17-pdr britannique était ainsi équipé pour tirer jusqu'à 3.000 yards (915 m), le 6-pdr à 900 yards (274 m)... même si la lunette télescopique du 47 Mle 1937 était éttalonée jusqu'à 3.500 m, sa portée pratique était limitée à 1.000 m du fait de l'absence de télémétrie (les trois chars détruits à 1.500 m par la batterie du SLT NAYME l'ont été grace aux relevés topographiques effectués avant positionnement. Dans une guerre de mouvement les servants risquent de manquer de temps pour effectuer ces relevés).


La télémétrie de cette époque est dans la game de l'engagement à vue la paire de jumelles du chef de pièce!

Elle est en effet équipée d'une grille gradué qui permet par une simple règle de 3 de calculer la distance d'un objet dont une des dimentions apparente est connu.

De même, les graduations d'une lunette de tir de canon d'artillerie peut avoir le même usage mais sa mobilitée forcément faible en limite l'usage.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 5991
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Mar Juin 24, 2008 21:54    Sujet du message: Répondre en citant

Pontus a écrit:
Marseille a déjà subi un raid, le 2 juin, qui a fait des dégats : L'Oxford et le Chella coulés, Le Malgache hors d'état et quatre autres navires avariés, 45 morts et disparus plus d'une centaine de blessés, des ateliers et des hangars détruits. Je n'ai pas le détail des avions Allemands qui on participés à ce raid.

D'après http://www.marinemarchande-site.net/louis%20le%20roux%20/louis_le_roux.htm, 25 avions allemands.

Pontus a écrit:
Le port a été bombardé une nouvelle fois le 21 par les Italiens. On peut déduire que Marseille est menacé dès la fin juin, et que cette menace va aller en s'accentuant.

Je vais l'ajouter dans la chrono, on a des détails sur ce raid ?

Historiquement, l'armistice à venir brisent toute volonté de résistance, le but est uniquement d'évacuer tout ce qui peut l'être (aviation, marine) vers l'AfN pour le soustraire aux Allemands. Ici, on a une volonté dès le 10 jjuin de se battre, y compris dans les airs. Par ailleurs, la LW et la RA vont surtout devoir appuyer la progression de leurs troupes, donc je ne pense pas que les opérations d'évacuation soient très menacées jusqu'à la mi juillet. Je maintient le raid italien du 21, mais c'est plus pour la forme.

Infos trouvées sur http://sudwall.superforum.fr/provence-ouest-f4/le-fort-de-niolon-t964.htm
Citation:
En septembre 1939, la DCA de Marseille comprend deux groupes de 4 batteries de 75 mm CA (6 batteries anciennes et 2 batteries modernes), deux batteries mobiles de 90 mm et cinq sections de 13,2 mm.
Mais du 10 septembre au mois de novembre, le Gouvernement fait remonter sur Paris et Dunkerque les 2 batteries modernes de 75 et le 2 batteries mobiles de 90 mm : L'Italie étant neutre, la menace aérienne sur Marseille, hors de portée de la Luftwaffe, est désormais nulle.
En décembre 1939, le Préfet Maritime de Toulon fait remarquer que la DCA de Marseille est incapable de tirer de jour sur tout appareil évoluant à plus de 5000 mètres d'altitude, que contre des appareils évoluant entre 4000 et 5000 m, son efficacité serait très faible et qu'en dessous de 4000 m, cette efficacité aurait pu être bonne si les armements n'étaient pas extrêmement déficitaires : au 20 novembre, il manquait 9 officiers sur 123, 115 sous-offs sur 500 et 400 hommes sur 3500.
Et que de nuit les bombardiers ennemis pouvaient faire ce qu'ils voulaient!
Dès septembre 1939, la Marine commence à installer une batterie de 100 mm à Niolon mais elle ne fut jamais achevée et officiellement désarmée le 1er mars 1940.
Malgré l'arrivée de trois batteries de 75 modernes en avril et mai 1940, le port de Marseille est bombardé les 1er et 2 juin 1940 par la Luftwaffe qui coula deux navires et en avaria quelques autres : la DCA tira quelques 2300 coups de 75 et un seul appareil ennemi fut touché et s'écrasa dans la Crau.
La DCA est alors renforcée par le ravitailleur auxiliaire de sous-marin Ipanema (4 pièces de 75 mm) mais le 21 juin 1940 nouveau bombardement par neuf Savoia italiens qui larguèrent leus bombes de part et d'autre du Vieux Port (122 morts dans la population civile). Aucun appareil italien n'est touché.

puis
Citation:
Les pièces devaient être des 100 mm 45 calibres identiques à celles du Richelieu.
Il me semble d'ailleurs que ces deux affuts doubles ont, suite aux importants retard de fabrication de l'industrie de l'armement, finalement été montés sur le Richelieu. retard qui ont conduit à prévoir des 90 sur le Jean Bart.

_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Suivi de la chrono Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com