Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Front Russe, Juin 1944
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 18, 19, 20 ... 45, 46, 47  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Le front russe
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9894
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 10:19    Sujet du message: Répondre en citant

80 kilomètres par le col de Branisko puis Telgart. Mais ce n'est vraiment pas le sujet principal ... à tous les titres d'ailleurs. Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Monomaker



Inscrit le: 04 Juin 2023
Messages: 79
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 11:54    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
19 juin (1)


[b]La Hongrie, coûte que coûte
Opération Schwabenwall
1ère Armée magyare et blindés allemands, dépression de Guruslau
- Le 9e Corps Mécanisé (M.I. Savelyev) relâche donc la pression exercée sur une 19. Panzer (Hans Källner) à l’agonie – seuls les derniers Nashorn du 502. schw. Pz Abt (Major Horst Richter-Rethwisch tiennent plus ou moins les T-34 à distance – pour filer immédiatement vers Vultureni.


Les derniers Tigers du 502. schw. Pz Abt plutôt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9894
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 12:15    Sujet du message: Répondre en citant

Oui.
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9277
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 13:20    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Gravement blessé, Maresyev a dû ramper dix-huit jours jusqu’à un village,

C'est OTL ? Si oui, assez incroyable...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 9894
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 13:43    Sujet du message: Répondre en citant

Ah oui les photos (Oui Loic, c'est OTL. Peut-être exagéré par la propagande mais OTL dans son principe).


_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9277
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 16:39    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Ah oui les photos (Oui Loic, c'est OTL. Peut-être exagéré par la propagande mais OTL dans son principe).

Je pense qu'une petite allusion à la propagande soviétique, parfois chaussée de gros sabots, serait bienvenue.
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Juin 09, 2024 16:51    Sujet du message: Répondre en citant

Allons, Loïc, j'avais déjà réagi en ce sens (sur mes fichiers je veux dire) dès ton premier post ! Wink

@ John - C'est Stormovik dans le texte du capitaine de Geoffre.
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 08:20    Sujet du message: Répondre en citant

Beaucoup de choses bien intéressantes…

19 juin (2)
Etat revenant
Tempête ! – Opération Zuzana
Slovaquie révoltée
– Avec l’appui de ce que les Gardes Hlinka d’Otomar Kubala ont de mieux à offrir, le KG Wittenmayer lance une suite de coups de main déterminés contre le barrage de Slovenská Ľupča. Certains réussissent – notamment dans le secteur de Podkonice, déjà contesté – mais tous coûtent trop cher pour le bénéfice qu’on peut en tirer. Les Slovaques paraissent revigorés, soutenus par un flot modeste mais continu de parachutistes bolchéviques venus d’on ne sait où, en dépit du temps.
Hermann Höfle n’a tout simplement pas les moyens d’exploiter ses succès, le plus souvent partiels. La Dirlewanger n’est bonne qu’à la petite guerre sur le flanc sud, vers Poniky. Pire encore : la SS-Osttürkisher-Freiwilligen Kavalerie-Brigade (Arved Theuerman) a même dû faire mouvement vers Tisovec, pour défendre la périphérie de cette localité, qui serait près d’être reprise aux territoriaux et auxiliaires supposés la tenir par des… Américains ?
Malgré l’impassibilité qui doit caractériser tout SS, Höfle se gratterait bien le crâne sous sa casquette en soupirant. Si le monde entier est contre lui, aussi…

Anabase en Slovaquie – Opération Ferdinand
Hauteurs autour de Poniky, au sud du barrage de Slovenská Ľupča
– Dans la nuit noire, les hommes du 3e Choc ont dû demander leur chemin à maintes reprises, en interrogeant moult soldats pas tous locaux, professionnels ou coopératifs. Encore heureux qu’on ne leur ait pas tiré dessus : c’est la nouvelle lune et peu de gens ici parlent la langue de Molière, tandis que Foucaucourt n’entend bien sûr pas un mot de slovaque !
« Tu parles d’une mission improvisée dans l’urgence ! » marmonne sous son casque détrempé le lieutenant-colonel, en cherchant les mots à utiliser parmi les quelques fiches rassemblant des expressions courantes en phonétique qu’on a bien voulu lui fournir avant son départ à partir d’un improbable manuel franco-slovaque… Pour l’aider, il compte davantage sur sa Bible : « Fortifie-toi et prends courage… Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras. » (2) Alors, il insiste jusqu’à obtenir, enfin, la réponse espérée : « Francúzsky ? Foch ? Ano, tam ! ». Le tout accompagné d’un geste de la main vers un sentier boueux.
« De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce : tu as entendu les paroles de ma bouche… » Reste simplement au Français et à ses Espagnols à escalader leur golgotha personnel, chargés de leur barda et de tout ce qu’ils ont pu emporter comme “cadeaux” pour les gens du Foch. Deux cent trente-cinq mètres de dénivelé plus loin, c’est une sentinelle à l’accent parisien qui interpelle le groupe.
– Halte, qui va là ? Identifikujte seba alebo nás… [Grr…] ou nous tirons !
– Cabrón ! Si tu nous tires, je promets je te course que même les hijos de puta de fascistes te sauveront pas. Concha de tu madre !
– Miguel, je vais parler, si ça ne vous fait rien.
– Si mi coronel. Me cago en Dios, hostia puta !

Ignorant l’abominable juron blasphématoire de son apostat de subordonné, Henri Morel de Foucaucourt s’avance : « Armée française, 3e Choc ! Je suis le Lt-colonel de Foucaucourt. Je dois parler à votre supérieur. »
La pluie arrosant le casque de la sentinelle – un vénérable Vz32 tchécoslovaque de récupération – pourrait sans doute transformer l’homme en gargouille de cathédrale, tant sa bouche se met à béer de stupéfaction…
C’est une heure plus tard, au PC du Foch, improvisé dans une masure au fin fond de la forêt, que Foucaucourt rencontre enfin son hôte… « Des Tchèques. Des Russes. Des Américains. Quelques Anglais. Et maintenant des Français ! Enfin… un Français et des Espagnols, si j’ai bien compris, mon colonel. Décidément, nous avons ici le trou perdu le plus mondain de toutes les Carpates ! »
Le lieutenant Georges Barazer de Lannurien n’attendait pas le moins du monde pareils invités ! Enfin, le capitaine Barazer de Lannurien maintenant, car le premier geste du Lt-colonel a été de lui remettre ses galons. Une récompense… mais aussi peut-être un message. Car désormais, théoriquement, il n’est plus que le second dans la chaîne de commandement. Quoique dans la pratique, ce n’est qu’un détail – Foucaucourt est assez intelligent pour ne pas prétendre diriger par son grade, surtout que le courant passe plutôt bien avec ce Lannurien.
Très bien, même. L’homme est de la bonne école : saint-cyrien, fils de bonne famille de Bretagne – son père est aussi saint-cyrien, officier de carrière et ancien professeur puis commandant de l’Ecole de Guerre (3) – et sa jeunesse (29 ans) comme son regard vif font le reste vis-à-vis de ceux qui auraient quelque chose à redire. Dans la famille Foucaucourt, on lui trouverait une tête de gendre idéal ! N’empêche, le Lt-colonel se demande si la Légion d’Honneur dont il vient de le décorer, avec l’accolade de rigueur, n’est pas aussi un genre de cadeau destiné à faire rentrer ce jeune homme dans le rang…
Vient ensuite le rapport, inévitable et professionnel.
– Les Allemands se tiennent tranquilles depuis un moment, ou peu s’en faut. Mais ça ne durera pas. Les derniers affrontements nous ont coûté fort cher. Au surplus, les Boches ont changé de tactique : ils paraissent avoir abandonné le passage en force pour des attaques plus vicieuses, par infiltrations et coups de main. C’est de l’infanterie légère – pas toujours bien formée, mais très agressive voire déloyale, et de surcroît parfois poussée en avant avec une férocité suicidaire. Nous avons récupéré un ou deux insignes bizarres…
Le nouveau capitaine pointe une tunique d’uniforme ensanglantée, peut-être irrégulière mais dont l’écusson est effectivement inconnu ici : deux mousquets entrecroisés surmontant une grenade. On verra… Pour l’heure, il importe surtout d’avoir une vision claire de la situation !
– Vos… Nos effectifs ?
– Nous étions presque 400 au départ. Il me reste 173 hommes valides aujourd’hui, auxquels on peut ajouter 77 blessés légers toujours susceptibles de porter une arme en cas de besoin. Le peu de matériel médical que vous avez pu apporter sera bien utile ! J’ai récupéré par ailleurs une trentaine de déserteurs hongrois dont les autres unités ne voulaient pas. Pas l’idéal, mais c’est toujours mieux que rien.
– Armement ?
– Du léger, pour l’essentiel. Fusils de prise essentiellement, avec quelques PM… américains, je crois… livrés par avion, et une mitrailleuse MG 34. Il nous reste une centaine de grenades américaines, cinq fusils à lunette Gewehr 43 ainsi qu’une carabine M1. Côté munitions, par contre, c’est satisfaisant – au vu de l’intensité des combats ! Inutile de dire que votre armement, et surtout vos deux ou trois tubes antichars – des… bazookas, c’est ça ? – sont les bienvenus !
– Et les Slovaques ?
– Ils n’aident guère ici. Leurs forces sont plus bas dans la vallée du Hron, à tenir la route avec leurs blindés et leur train blindé. Hier, nous avons vu passer une section soviétique, mais elle n’est pas restée.

Henri Morel de Foucaucourt comprend encore plus clairement dans quelle gueule de loup on l’a jeté. Le bataillon Foch est certes valeureux. Mais ce n’est pas tant son courage – réel ! – que la médiocre qualité de ses adversaires qui lui a permis de durer, passés les premiers affrontements. Face à un ennemi déterminé, il ne pourra pas tenir… Dieu merci, ce secteur n’est pas celui de la grande bataille.
Et en parlant de ces adversaires au mystérieux insigne… « Mon cher capitaine, connaissez-vous l’école de la Petite Guerre ? »

Pologne écrasée
La liste
Camp de concentration d’Auschwitz (région de Cracovie)
– Oskar Schindler a réussi a arriver avant le train. Le temps de racheter – littéralement et à très haut prix – les âmes de 300 malheureux, il constate qu’il manque toujours à sa liste une dizaine de noms, perdus semble-t-il sur la route de Buchenwald. Des profils de valeur, puisqu’on les y envoie travailler jusqu’à la mort. Il leur faudra probablement passer par Gross-Rosen… Pour le coup, c’est (presque) une bonne nouvelle.

Hongrie soumise
Sauver les meubles
Château de Buda (Budapest)
– Entretien de… conciliation, disons, entre l’adjoint du Nemzetvezető, le vice-premier ministre Jenő Szöllősi, et les gardes de la Szent Korona, les barons Albert Radvánszky et Zsigmond Perényi. Si Szöllősi veut bien convenir que Veszprém présente des risques, il soulève une étonnante objection juridique à un transfert vers Pannonhalma : se fier à la Croix-Rouge pour prendre soin des Regalia serait risquer de les voir sortir du territoire !
Sans parler des délais diplomatiques… Mais les gardes de la Couronne promettent de tout faire pour réduire ces derniers – après tout, ils ont déjà des contacts avec les destinataires et c’est leur serment. Alors, les Croix-Fléchées veulent bien consentir à les suivre. Pour la Hongrie ! Et pour le moment.

Déplorable amateurisme
Quartier juif historique de Budapest
– Avec le départ de l’Obersturmbannführer Rudolf Höss, le gouvernement Croix-Fléchées se retrouve de nouveau à devoir gérer tout seul le “problème juif” dans sa capitale. Il subsiste en ville sans doute entre 200 000 et 250 000 sous-hommes… selon des estimations de précision incertaine.
Ce n’est rien, dirait Höss – mais comme ils l’ont déjà prouvé, les Hongrois sont incapables de régler seuls ce “problème”. Alors ils bricolent et improvisent, en attendant des jours meilleurs. S’appuyant – puisqu’il le faut, durant un temps – sur le conseil rabbinique de la rue Dohány, formé des rabbins Simon Hevest, Zsigmond Groszmann et Ferenc Hevesi, les apprentis nazis organisent la vie dans leur mouroir. Le quartier est divisé en dix districts, chacun avec ses autorités : administrative, policière , médicale et technique.
Et il faut bien convenir que pour ça, les Juifs sont efficaces ! Ils ont improvisé dans chaque district un dispensaire doté d’un médecin expérimenté, ainsi qu’un service interne de messagers, avec des coursiers âgés de 13 à 16 ans. D’évidence, on craint déjà des épidémies. Un hôpital serait même en cours d’installation !
Mais bien sûr, tout ceci ne saurait être que transitoire. Après tout, les Croix-Fléchées n’oublient pas que les Juifs ont lapidé Saint-Etienne…


Notes
2- Josué 1:9.
3- 81e promotion, celle de Corap et de Catroux. En juin 1944, le général de division Émile Barazer de Lannurien – rappelé en 1939 de sa retraite en date de 1938 – se repose à Saint-Servan. Officier général de corps d’armée pendant la Drôle de Guerre, il a été ensuite commandant en second de la 1ère Région militaire après une hospitalisation durant l’hiver 1939-40. En proie à des problèmes de santé, Barazer de Lannurien est loin de se douter de l’épopée de son fils, qu’il sait simplement capturé le 10 juin 1940, dans les combats d’arrière-garde autour de Saint-Valéry-en-Caux, avec le 5e Cuirassier.


Dernière édition par Casus Frankie le Lun Juin 10, 2024 08:50; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 10329

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 08:42    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Après tout, les Croix-Fléchées n’oublient pas que c'est les Juifs qui ont lapidé Saint-Etienne…

mot oublié
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loic
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 9277
Localisation: Toulouse (à peu près)

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 08:43    Sujet du message: Répondre en citant

Anaxagore a écrit:
Citation:
Après tout, les Croix-Fléchées n’oublient pas que c'est les Juifs qui ont lapidé Saint-Etienne…

mot oublié

Plutôt :
... que ce sont les Juifs qui ...
_________________
On ne trébuche pas deux fois sur la même pierre (proverbe oriental)
En principe (moi) ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anaxagore



Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 10329

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 08:46    Sujet du message: Répondre en citant

Oups, oui tu as raison (accord en nombre)..; corrigé trop vite, j'ai fait une faute. On va dire que c'est le matin et que je ne suis pas bien réveillé. Confused
_________________
Ecoutez mon conseil : mariez-vous.
Si vous épousez une femme belle et douce, vous serez heureux... sinon, vous deviendrez un excellent philosophe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
DMZ



Inscrit le: 03 Nov 2015
Messages: 2978
Localisation: France

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 08:56    Sujet du message: Répondre en citant

Casus Frankie a écrit:
Pologne écrasée
La liste
Camp de concentration d’Auschwitz (région de Cracovie)
– Oskar Schindler a réussi a arriver avant le train. Le temps de racheter – littéralement et à très haut prix – les âmes de 300 malheureux, il constate qu’il manque toujours à sa liste une dizaine de noms, perdus semble-t-il sur la route de Buchenwald. Des profils de valeur, puisqu’on les y envoie travailler jusqu’à la mort. Il leur faudra probablement passer par Gross-Rosen… Pour le coup, c’est (presque) une bonne nouvelle.

Déjà publié.

Citation:
Inutile de dire que votre armement, et surtout vos deux ou trois tubes antichars – des… bazookas, c’est ça ? – sont les bienvenus !

J'aurais écrit quelque chose comme "bazoukas" ou "bazouckas" pour accentuer le fait qu'il découvre l'engin.
_________________
« Vi offro fame, sete, marce forzate, battaglia e morte. » « Je vous offre la faim, la soif, la marche forcée, la bataille et la mort. » Giuseppe Garibaldi
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 09:11    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Anaxagore et Loïc, à propos de Saint Etienne - mais je viens de reporter la correction telle qu'elle aurait dû être… Wink

En passant, j'ai appris plein de trucs sur Saint-Etienne, y compris le motif de sa condamnation, qui me paraît typique des inventions chrétiennes anti-juives des premiers siècles de l'ère commune. Il aurait osé prononcer le nom de Dieu, et aurait donc été condamné pour blasphème.
Le problème c'est que, stricto sensu, le nom de Dieu (ou Tétragramme, puisqu'il s'écrit en 4 lettres en hébreu) ne PEUT pas se prononcer. En général, quand quelqu'un lit la Torah à haute voix et rencontre le Tétragramme, il prononce "Adonaï", c'est à dire "le Seigneur". Si Etienne a prononcé "Yahwé", façon habituelle de translittérer le Tétragramme (et appellation du principal dieu des Hébreux d'avant le monothéisme), il n'a quand même pas prononcé le nom de Dieu, puisque c'est impossible ! Et puis, le procès (ou le débat) devait avoir lieu en araméen, l'hébreu n'étant plus à l'époque utilisé que pour les prières… Les Juifs parlaient araméen (pour ceux restés en Israël/Judée) ou grec (pour ceux ayant émigré à Alexandrie ou ailleurs et revenant en Israël pour prier au Temple). Si Etienne a dit "Dieu" en araméen, il n'a pas blasphémé !
Bref tout ça est bien intéressant… surtout pour un incroyant, qui ne se scandalise pas de tout ça. Et il va sans dire que ce qui précède pourrait être contesté par un spécialiste, dont le propos pourrait bien sûr être contesté par un autre, et ainsi de suite.
Fin du Hors-Sujet - il y a des HS plus… pénibles je crois.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Casus Frankie
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 14039
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 09:16    Sujet du message: Répondre en citant

Et merci DMZ - en fait, Demo Dan s'et aperçu du doublon, mais les sortilèges des transferts de fichiers entre lui et moi… bref, très bientôt un paragraphe de remplacement !
Et oui, bonne idée pour les Bazouckas…
_________________
Casus Frankie

"Si l'on n'était pas frivole, la plupart des gens se pendraient" (Voltaire)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
John92



Inscrit le: 27 Nov 2021
Messages: 1115
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Lun Juin 10, 2024 09:17    Sujet du message: Répondre en citant

RAS pour moi
_________________
Ne pas confondre facilité et simplicité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> 1944 - Le front russe Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 18, 19, 20 ... 45, 46, 47  Suivante
Page 19 sur 47

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com