Fantasque Time Line Index du Forum Fantasque Time Line
1940 - La France continue la guerre
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un rapport pour monsieur le diplomate.
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 14, 15, 16  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Dim Mar 04, 2018 17:22    Sujet du message: Répondre en citant

Alors, très chers lecteurs, comment est-ce que je m'en sort pour l'instant avec mon récit de la crise de suez version FTL?
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 958
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Lun Mar 05, 2018 15:08    Sujet du message: Répondre en citant

Il manque le souffle épique du premier récit Razz

Sinon résumé succinctement, mais si on aborde le récit sur une présentation des enjeux politiques, je pense qu'il ne serait pas idiot de développer l’intérêt des membres de la CED de montrer qu'ils seraient prêts à défendre par la force tout bout de territoire ultra-marin. Après tout cela un sens pour le Brésil puisqu'il a des frontières avec les Pays-Bas par le Surinam et la France par la Guyanne. Même si OTL le Surinam est devenu indépendant dans les années 70-80. Cette politique donnant résultat plus tard de l'envoi de renforts de la CED pendant la guerre des Malouines.
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Wardog1



Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 370
Localisation: Puy de Dome,France

MessagePosté le: Lun Mar 05, 2018 15:30    Sujet du message: Répondre en citant

Pour la guerre des malouines FTL du capitaine je me demande ce que ca aurait donné si les anglais avaient fait de port Stanley un "Siege de Singapour" argentin?
_________________
Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants, car c'est un peu de votre faute s'ils son c**

Citation facebook
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
demolitiondan



Inscrit le: 19 Sep 2016
Messages: 1326
Localisation: Salon-de-Provence - Grenoble - Paris

MessagePosté le: Lun Mar 05, 2018 15:58    Sujet du message: Répondre en citant

Effectivement, c'est touffu, complet Very Happy mais peut-être un peu scolaire ? Pour un rapport, être synthétique et renvoyer à des annotations ? Cool
_________________
Quand la vérité n’ose pas aller toute nue, la robe qui l’habille le mieux est encore l’humour &
C’est en trichant pour le beau que l’on est artiste
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 17:05    Sujet du message: Répondre en citant

Wardog1 a écrit:
Pour la guerre des malouines FTL du capitaine je me demande ce que ca aurait donné si les anglais avaient fait de port Stanley un "Siege de Singapour" argentin?


Pour cela, il aurait fallut OTL/FTL que Londres soit consciente qu'une attaque argentine se préparait contre les Malouines et n'envoie des renforts, hors la Junte est très prudente dans ses préparatifs afin de cueillir à froid les britanniques. Ceux-ci ont d'ailleurs fait preuve d'un certain aveuglement et n'ont pas pris au sérieux la montée des tensions avec l'Argentine. Quand aux autres européens (CED incluse en FTL) pour eux Port Stanley c'est loin et ne doit même pas apparaître tout en bas de la liste des sujets dignes d'attention.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 17:23    Sujet du message: Répondre en citant

demolitiondan a écrit:
Effectivement, c'est touffu, complet Very Happy mais peut-être un peu scolaire ? Pour un rapport, être synthétique et renvoyer à des annotations ? Cool

Pour le style un peu scolaire, je précise à nouveau que je ne suis pas écrivain même à titre amateur et que le résultat de mon travail s'en ressent forcement. Mais ce n'est pas très grave, car comme tous mes textes déjà publiés, celui-ci fera l'objet d'un examen par le comité central de relecture avant publication. Avec un certain nombre de modifications qui amélioreront l'ensemble. Quand à l'aspect synthétique et aux annotations, c'est vrai que c'est davantage le genre d'un article dans un magazine mais comme le Quai d'Orsay ou le Balardgone ne donnent pas facilement l'accès à leurs achives, je manque de sources d'inspirations pour faire davantage dans le style "rapport officiel".
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 17:34    Sujet du message: Répondre en citant

Colonel Gaunt a écrit:
Il manque le souffle épique du premier récit Razz

Sinon résumé succinctement, mais si on aborde le récit sur une présentation des enjeux politiques, je pense qu'il ne serait pas idiot de développer l’intérêt des membres de la CED de montrer qu'ils seraient prêts à défendre par la force tout bout de territoire ultra-marin. Après tout cela un sens pour le Brésil puisqu'il a des frontières avec les Pays-Bas par le Surinam et la France par la Guyanne. Même si OTL le Surinam est devenu indépendant dans les années 70-80. Cette politique donnant résultat plus tard de l'envoi de renforts de la CED pendant la guerre des Malouines.


Le souffle épique manque certes, mais à moins de copier Tom Clancy ou C.S. Forester je ne peus pas faire mieux pour l'instant. Quand aux enjeux politiques, ils sont réels mais la simple menace de subir la "masse" de la CED sur le coin de la figure est très dissuasif pour ceux qui seraient tentés de remettre en cause les domaines ultra-marins des états-membres de la communauté. La question des contestations de souveraineté reste par ailleurs du ressort des états, pas de la communauté qui doit mettre le sujet aux voix pour qu'une action militaire ait lieu. La question de l'envoi de renforts des forces européennes au moment de la guerre des malouines est d'ailleurs le révélateur FTL de la solidarité des membres, qui se réveillent un jour capables de faire donner la flotte pour reprendre une série de cailloux froids et humides perdus au fin fond de l'atlantique sud ou il y a plus de moutons que d'humains.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Colonel Gaunt



Inscrit le: 26 Mai 2015
Messages: 958
Localisation: Val de Marne

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 17:57    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Interrogés par des journalistes plusieurs années plus tard sur ce qui avait pu pousser leurs pays à soutenir la demande des français et des britanniques, les gouvernements Belges et Néerlandais avaient répondus que bien qu'ils ne se soient pas sentis concernés par le canal lui-même, ils avaient des intérêts du même genre à défendre.


Tu le dis toi-même un des fondement essentiel de la CED est de défendre les intérêts stratégiques, économiques des territoires ultramarins et autres établissements outremer. Pour moi cela pourrait représenter un pilier fondamental les objectifs d'établissement de la CED, un pays tout seul (ruiné au sortir de la guerre) ne pouvant pas se protéger des appétits des voisins. notamment sur les bouts de terre parsemés aux quatres coins du globe.

Prenons exemple OTL des comptoirs français d'Inde, Pondichery, Chandernagor, Madras etc.... La France a été viré manu-militari de ces territoires par le gouvernement Indien en 47 je crois.
Bon FTL rien ne dit que le scénario ne se jouera pas mais si dans l'hypothèse que les territoires restent français dans les années 50 et que les Indiens tentant de les récupérer par la force ou la déstabilisation, l'exemple de Suez plus l'affirmation que la CED est là aussi pour défendre les territoires ultramarin pourra faire réfléchir plus d'un gouvernement notamment les hindous nationalistes.
_________________
Les guerres de religion consistent à se battre pour savoir qui a le meilleur ami imaginaire
Citation vue sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Paul



Inscrit le: 01 Juin 2015
Messages: 378
Localisation: près de Calais

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 19:14    Sujet du message: Répondre en citant

Pour votre gouverne, colonel, les comptoirs français d'Inde seront indiens en '56 ('51 pour Chandernagor)... À moins que...

Citation Wiki:

Citation:
Les loges sont cédées à l'Inde dès octobre 1947.


Dans quel domaine aussi cela été cédé?
_________________
“Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.” Jean Jaurès
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Imberator



Inscrit le: 20 Mai 2014
Messages: 2394
Localisation: Régions tribales au sud-ouest de Nîmes.

MessagePosté le: Mar Mar 06, 2018 20:16    Sujet du message: Répondre en citant

Colonel Gaunt a écrit:
Bon FTL rien ne dit que le scénario ne se jouera pas mais si dans l'hypothèse que les territoires restent français dans les années 50 et que les Indiens tentant de les récupérer par la force ou la déstabilisation, l'exemple de Suez plus l'affirmation que la CED est là aussi pour défendre les territoires ultramarin pourra faire réfléchir plus d'un gouvernement notamment les hindous nationalistes.

La CED sera encore bien jeune et la solidarité entre états membres peut-être pas encore assez cimentée.


L'affaire du canal de Suez avait une portée stratégique que les comptoirs français des Indes ne présenteront pas. Ils apparaitront éventuellement même aux yeux des moins motivés parmi les membres de la communauté de défense comme des reliques d'un passé colonial révolu ou en passe de l'être rapidement. Et l'Inde si ce n'est pas encore une grande puissance, c'est quand même autre chose que l'Égypte, en thermes de moyens comme de marché potentiel.

Il n'y a pas jusqu'aux Britanniques qui pourraient tiquer en arguant avoir abandonner pacifiquement tout le sous-continent certainement pas pour se retrouver à combattre pour sauver des poussières d'empire franco-françaises, ni pour hypothéquer si vite et "pour si peu" leurs relations avec l'Inde nouvelle au seul avantage immédiat apparent des Français.
_________________
Point ne feras de machine à l'esprit de l'homme semblable !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GAULLISTE 54



Inscrit le: 18 Juin 2013
Messages: 540
Localisation: Nancy

MessagePosté le: Ven Mar 09, 2018 16:56    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime bien. Bravo
_________________
Toute ma vie je me suis fait une certaine idée de la France !
Charles de Gaulle


"Qui s'y frotte, s'y pique !"
Devise des Ducs de Lorraine

"Non inultus premor"-"Nul ne me touche sans impunité"
Devise de la Ville de Nancy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2018 16:02    Sujet du message: Répondre en citant

Voici les liens vers ce qui sera les différentes parties de mon œuvre! Comme çà, vous n'aurez pas à trop chercher si vous voulez lire quelque chose de précis.


http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=805&postdays=0&postorder=asc&start=2490

Correspond au lien vers la page qui rassemble les différentes parties de mon travail préparatoire.

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=2705&postdays=0&postorder=asc&start=0

Correspond au lien vers la page de couverture.

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=2705&postdays=0&postorder=asc&start=15

Correspond au lien vers la page du sommaire et de l'avant-propos.

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=2705&postdays=0&postorder=asc&start=30

Correspond au lien vers la page de l'introduction.

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=2705&postdays=0&postorder=asc&start=45

Correspond au lien vers la page de la partie I) Des naissances difficiles dans une Europe convalescente (1946-1956), avec les sous-parties 1) La CEE, une héritière de la CECA., 2) De la seconde guerre mondiale à la rupture de la grande alliance., et 3) La CED, un enfant naturel de la guerre civile chinoise.

http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/viewtopic.php?t=2705&postdays=0&postorder=asc&start=60

Correspond au lien vers la sous-partie 4) Un premier âge chaotique et mouvementé., et la première moitié de la 5) La crise du canal de suez en 1956, entre fin d'une époque et renouveau (1ère partie).
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2018 16:25    Sujet du message: Répondre en citant

........5) La crise du canal du suez en 1956, entre fin d'une époque et renouveau. (2ème partie)

Le 29 Octobre 1956, le Général britannique Charles Keightley, commandant en chef de l'opération Mousquetaire/Musketeer donna l'ordre de passer à l'action après que son second, l'amiral français Pierre Barjot ait confirmé que tout était prêt. Simultanément, l'état-major général des forces armées israéliennes lança l'opération Kadesh, le volet israelien parallèle à l'opération européenne. Tsahal occupa la bande de Gaza (1) en quelques heures avant de s'enfoncer dans le Sinai. L'armée égyptienne, complètement dominé après quelques heures de combat se mit à battre en retraite en direction du canal. Des raids aériens égyptiens furent bien lancés contre le territoire israelien en réponse, mais ils échouèrent tous face à la garde vigilante monté par les escadrons de chasse belges et néerlandais s'appuyant sur des systèmes radars modernes. La stupéfaction fut générale sur tous les gouvernements de la planète ce qui les rendit muet le premier jour, personne n'ayant crus les européens capables de mettre sur pied et de lancer leur offensive aussi vite. Le 30 Octobre, l'opération Kadesh se poursuivit avec les forces israéliennes qui atteignirent le canal de suez dans sa partie nord au couché du soleil. Ce qui mit un terme aux opérations aériennes contre israel, les terrains d'aviation égyptiens du sinai ayant été perdus en moins de deux jours. En début de soirée, le gouvernement du Caire réceptionna un ultimatum lui enjoignant de quitter la zone du canal et de ne pas s'en approcher à moins de quinze kilomètres sous peine de voir l'élargissement des opérations militaires à l'ensemble de son territoire. Ultimatum transmis par l'intermédiaire de l'ambassadeur suisse (2) et qui fut rejeté de manière presque instantané par le gouvernement du président Nasser. L'URSS, qui était resté jusque-là silencieuse, se montra d'un coup menaçante en déclarant que la France, le Royaume-Uni et Israel s'exposaient à des frappes nucléaires soviétiques si ils ne renonçaient pas à leur action contre l'Egypte.
Le 31 Octobre vit le lancement de l'opération 700, le volet aérien et aéronaval de Mousquetaire/Musketteer, avec le décollage des forces aériennes franco-britanniques des bases de Chypre, Malte et du Liban, ainsi que des porte-avions en Méditerranée. Elles entamèrent immédiatement une série d'attaques sur toutes les bases militaires du nord du pays, les bases aériennes et navales étant prioritaires dans un premier temps afin d'éliminer les seules forces estimés dangereuses pour leurs troupes par les européens. Au soir, la marine égyptienne était hors de combat et réduite à l'impuissance jusqu'à la fin du conflit en dépit de tentatives de contre-attaques courageuses (3). L'armée de l'air égyptienne avait combattu avec acharnement en subissant de fortes pertes sans réussir à en infliger aux forces aériennes et aéronavales assaillantes (4). Les forces terrestres israéliennes bordaient elles le Canal sur toute sa longueur mais sans le franchir comme convenu avec la CED, tout en s'occupant de réduire les positions égyptiennes dépassés pendant l'offensive et de capturer les fuyards. Répondant à la menace soviétique de la veille dont on ne sut qu'après la guerre froide qu'elle n'était pas un bluff (5), l'OTAN par la voie de son secrétaire général déclara que conformément à se statuts, elle répliquerait en cas d'attaque contre un ou plusieurs de ses états membres. La France et le Royaume-Uni répondant en leur nom propre déclarèrent que toute attaque nucléaire lancé sur leurs territoires entrainerait une riposte similaire de leur part sur le territoire soviétique même si la chose était impossible en pratique (6). Désirant calmer le jeu, les USA demandèrent sans succès aux européens de retirer leurs troupes du sol égyptien en échange d'une hausse de leur aide militaire, ceux-ci opposant un refus poli mais ferme à la proposition américaine. Le 1er Novembre, l'offensive aérienne franco-britannique se poursuivit forçant les forces aériennes égyptiennes à basculer sur la défensive devant l'importance des pertes qu'elles subissaient. Les éléments égyptiens isolés dans le Sinai commencèrent à se rendre avec armes et bagages. Au soir, ordre était donné de préparer le lancement de la phase terrestre des opérations trois jours plus tard. Signe que les politiques cherchaient à reprendre la main, le conseil de sécurité de l'ONU soumis au vote une résolution demandant la fin des combats, le retrait des troupes vers leurs bases du temps de paix, le déploiement d'une force d'interposition onusienne (7) et l'ouverture de négociations pour régler le différent autour de la souveraineté du Canal. Parmi les membres permanents, USA et URSS votèrent pour, France et Royaume-Uni contre tandis que la Chine s'abstint ( 8 ). Mécontent de l'échec de ses tentatives, Washington fit monter les enchères en lançant des attaques monétaires contre la Livre Sterling et le Franc français, mais aussi en décidant d'envoyer des navires de guerre et des avions de combat dans le dispositif européen (9).
Les trois jours suivants, du 2 au 4 Novembre, les forces aériennes égyptiennes subirent de telles pertes qu'elles furent considérés comme vaincues par leur propre commandement et évacués vers le sud du pays pour échapper à l'anéantissement. Le contrôle des airs appartint dès lors aux européens qui n'eurent plus qu'à se garder d'une faible et peu efficace DCA. Pris de cour par les attaques monétaires américaines, les gouvernements français et britanniques gardèrent leur sang-froid et répliquèrent en utilisant leurs réserves de devises pour soutenir le cour de leurs monnaies. Et firent monter les enchères en suspendant les licences des banques et autres sociétés financières américaines opérant sur leurs territoires respectifs (10). Les états du Benelux décidèrent de soutenir leurs alliés et agirent de même. Les avions et navires de guerre américains envoyés par Washington commencèrent à se regrouper aux limites extérieures du théatre des opérations en Arabie Saoudite, en Lybie et en Turquie. Le 5 Novembre, l'opération "Mousquetaire/Musketeer" passa à sa seconde phase avec le lancement de l'opération "Amilcar/Hamilcar" qui était son volet terrestre. Pour la première fois de leur récente histoire, des forces réellement communautaires entrèrent en action avec les 1ères et 2ème brigades parachutistes (11). Le matin la 1ere brigade sauta sur un terrain d'aviation à l'ouest de Port-said et la 2ème sur l'usine de traitement des eaux à l'entrée sud de la ville. L'après-midi, le 2ème bataillon de commando belges et le 4ème bataillon parachutiste néerlandais furent largués sur Port-Fouad à l'entrée nord du canal de suez. Tous les objectifs furent pris dans les délais impartis même si les combattants des forces terrestres égyptiennes résistent parfois fortement mais aussi de temps en temps en se débandant de manière spectaculaire. Les avions et les navires américains commencèrent à s'insérer de force dans le dispositif allié et à manœuvrer de manière à le perturber le plus possible. Les 6 et 7 Novembre, les 3ème et 4ème brigades d'infanterie de marine de la CED (12) débarquèrent à proximité de Port-Saïd et Port Fouad et furent engagés immédiatement. Elles s'occupèrent de réduire les dernières poches de résistance égyptiennes dans les deux villes ce qui fut fait au soir du 7. A ce moment-là, une nouvelle résolution de l'ONU fut voté et aussitôt rejeté par les alliés européens qui acceptèrent néanmoins de réétudier la question si le gouvernement du Caire acceptait officiellement de prendre en compte leurs demandes respectives. Et de négocier avec eux pour qu'un compromis mutuellement acceptable soit trouvé. Les mouvement de navires et d'avions américains continuèrent à perturber les opérations mais sans vraiment menacer leur déroulement tandis que les réserves financières de la France et du Royaume-Uni commencèrent à diminuer nettement. Du 8 au 10 Novembre, le 1er bataillon parachutiste belge et le bataillon des Mariniers néerlandais débarquèrent à leur tour pour se placer en avant-garde des troupes régulières d'infanterie et de blindés franco-britanniques qui se dirigèrent vers le sud de part et d'autre du Canal. A chaque fois que les forces européennes rencontraient leurs homologues israéliennes, celles-ci se retiraient de la zone du Canal comme cela avait été convenu avant le début des opérations. Couverts dans leur progression par l'aviation franco-britannique, les forces européennes atteignirent Ismaliah (13)au soir du 10 mais sans entrer dans la ville. Dans l'après-midi, un nouveau vote avait eu lieu au siège de l'ONU à New York avec un résultat positif car l'Egypte avait accepté la veille de négocier avec ses adversaires un règlement diplomatique du problème qui les opposaient.
L'opération "Mousquetaire/Musketeer" s'acheva officiellement à minuit par la signature d'un cessez-le-feu, les combats ne s'arrêtant réellement qu'au petit matin après qu'européens et égyptiens ait passés la nuit à se livrer à des duels d'artillerie remportés le plus souvent par les premiers. Les troupes des différents belligérants cessèrent tout mouvement dans une zone de 30 kilomètres de part et d'autre du canal, seuls les services de santé et du ravitaillement étant autorisés à agir. Le 11 Novembre, les actions de perturbations entreprises par les forces aériennes et navales américaines cessèrent immédiatement et les troupes de l'oncle Sam commencèrent leur retrait du théâtre des opérations. Parallèlement aux actions militaires, les milieux économiques assistèrent à la fin des attaques monétaires sur la Livre Sterling et le Fran Français. En fin de journée, les licences des sociétés financières américaines qui avaient été suspendues furent rétablies par Paris et Londres. Vingt jours plus tard, le 1er Décembre eut lieu le début du débarquement des troupes de l'ONU (17) et du rembarquement des forces de la CED. Parallèlement, les forces israéliennes entamèrent leur retrait du territoire égyptien. Et il commençait à être temps car la tension entre belligérants n'avait pas diminué, mais faute de pouvoir s'exprimer ouvertement elle avait du trouver des exutoires. En Egypte, huit jours auparavant le 23 Novembre, le ministère des affaires religieuses avait décidé de s'en prendre aux boucs émissaires traditionnels qu'étaient les juifs. Ceux-ci furent déclarés collectivement sionistes et ennemis de l'état, leur promettant d'avoir le choix entre l'expulsion ou la mort. Dans les jours qui suivirent, environ 80000 juifs égyptiens commencèrent à quitter le pays (14) , non sans être entièrement dépouillés de leurs biens au passage. Et six jours plus tard, le 29 Novembre, les pays membres de la CED avaient commencés à mettre sur pied un système de rationnement du carburant afin de lutter contre les ruptures d'approvisionnement engendrés par un embargo pétrolier non-déclaré des pays arabes. L'évènement majeur du mois de Décembre fut toutefois la conférence des état-membres de la Communauté Européenne de Défense au siège londonien de l'organisation du 11 au 13 Décembre. La conférence avait été préparé par les services du Haut-Commissaire en coordination avec les gouvernements nationaux dans le but de faire le bilan de l'opération Mousquetaire/Musketeer dont le résultat final était estimé par tous comme ayant été mitigé. Car si le succès avait été éclatant sur le plan militaire, c'était nettement moins évident sur le plan politique. En effet, militairement parlant, les forces de la CED avaient dominés les forces égyptiennes d'un bout à l'autre des opérations en atteignant tous leurs objectifs dans les délais impartis. Et en ne subissant des pertes humaines et/ou matérielles très faibles, tout en détruisant des forces égyptiennes qui furent incapables d'opposer une résistance efficace (15). L'absence de soutien américain ne s'était pas faite sentir, mais les perturbations dues aux déploiements délibérément intempestifs de leurs navires et avions avait finit par poser de sérieux problèmes de sécurité et de coordination. La menace inattendue de frappes nucléaires soviétiques avait été contré par une contre-menace franco-britannique estimé crédible (16). L'absence de QG opérationnels permanents, ainsi que de forces aériennes et navales réellement communautaires avait été noté comme un facteur ayant ralenti la vitesse de la mobilisation européenne. De même, les différences entre cultures militaires des état-membres avait engendré des difficultés de communication, de compréhension et de coordination qui devaient êtres résolues. Le 23 Décembre 1956, douze jours après la fin de la conférence, la fin du rembarquement des troupes européennes présentes sur le territoire égyptien permis d'entamer une réelle baisse des tensions. Les forces européennes partent avec le sentiment du devoir accompli car pour la première fois de leur jeune existence, elles avaient fait la preuve de leur valeur. Et pour les état-membres, dont la plupart avaient souffert pendant la seconde guerre mondiale, c'était la premier victoire claire et nette depuis bien longtemps. D'autant que les pertes humaines avaient étés minimes, avec 13 soldats belges, 19 néerlandais, 26 français, 52 britanniques et....1 luxembourgeois! Il y avait aussi près de 350 blessés plus ou moins graves, dont un tiers de français et un sixième de néerlando-belges (17). Les israéliens déclarent la perte de 245 hommes et trois fois plus de blessés, tandis que les égyptiens refusent de déclarer les leurs ( 18 ). Les négociations à propos du Canal doivent commencer une semaine plus tard.


(1) A l'époque sous souveraineté égyptienne.
(2) La confédération helvétique ayant accepté de servir d'intermédiaire neutre entre les parties en guerre.
(3) Pas un seul navire de guerre égyptien ne parvint à porté de tir des navires européens.
(4) Un avion européen perdu pour cinq égyptiens.
(5) Les forces stratégiques de Moscou ayant été discrètement mobilisés pendant la crise de suez.
(6) Les toutes récentes forces nucléaires de Paris et Londres ne disposaient pas de bombardier avec un rayon d'action suffisante pour frapper le territoire soviétique à cette époque.
(7) Les fameux "Casques bleus", fournis par les états membres volontaires de l'ONU non-impliqués dans la crise.
( 8 ) Par volonté de rester neutre dans un conflit dont elle pensait qu'il ne la concernait pas.
(9) Ce qui ne manqua pas de provoquer des risques de collisions à plusieurs reprises dans les semaines qui suivirent.
(10) Territoires métropolitains, ultramarins et coloniaux compris.
(11) Fortes chacune de quatre bataillons, deux britanniques et deux français.
(12) Mais parfois aussi en se débandant de manière spectaculaire.
(13) Structurés de manière identiques aux unités parachutistes.
(14) Ville situé sur les rives du Canal de Suez à mi-distance de ses deux extrémités.
(15) Signant ainsi la fin de leur présence dans le pays qui datait de l'époque des pharaons.
(16) Les soviétiques avaient réalisés qu'il s'agissait d'un bluff assez vite, mais l'effet de leur menace était tombé à l'eau.
(17) L'importance relative des pertes britanniques s'expliquant par la perte de compétences et la nécessité de réentraîner en urgence des troupes novices.
( 18 ) Les pertes égyptiennes, jamais connues et/ou reconnues, étant estimés à 10 fois les pertes européennes.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.


Dernière édition par Capitaine caverne le Dim Avr 22, 2018 15:36; édité 11 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Archibald



Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 2185

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2018 18:23    Sujet du message: Répondre en citant

Y a une certaine personne très célèbre, 40 ans aujourd'hui qu'il est décédé... bêtement, qui va être affecté par une crise de Suez différente.

Le papa de Claude François était un fonctionnaire de l'administration du canal, qui forcément a vu sa vie... changer (c'est un euphémisme) après la crise OTL. Direction Monaco... et c'est là que tout a commencé (j'ai failli dire que le petit Claude a très vite fait des étincelles Rolling Eyes )
_________________
Surely you can't be serious !
I'm serious, and don't call me Shirley.

Conservatoire de l'Air et de l'Espace d'Aquitaine
http://www.caea.info/index.php?lang=fr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Capitaine caverne



Inscrit le: 11 Avr 2009
Messages: 3291
Localisation: Tours

MessagePosté le: Lun Mar 12, 2018 08:15    Sujet du message: Répondre en citant

C'est aussi ce que je disais depuis un moment. En FTL, papa conservant son travail au moins jusqu'un 1961(date de sa mort de maladie), Claude risque de débarquer en France plus tard qu'historiquement. Et même de ne jamais devenir artiste, mais peut-être cadre dans une grande société si il ne rentre qu'en 1968 (date de fin de la concession).

PS. Il y a aussi le fait qu'OTL la belle et grande maison des beaux quartiers des François a été pulvérisé par une bombe allemande, contraignant la famille a aller vivre dans les quartiers populaires ou le jeune Claude a cohabité avec des jeunes d'origines ethniques très variés (italiens, grecs, maltais, arabes,...) En FTL, les allemands n'étant pas en mesure de menacer le canal, le jeune claude va continuer à vivre dans le secteurs chics d'ismalya, ce qui devrait influencer sa vision du monde et donc son futur travail.
_________________
"Au jeu des trônes, il n'y a que des vainqueurs et des morts, il n'y a pas de demi-terme". La Reine Cersei.
"Les gens se disent en genéral affamé de vérité, mais ils la trouvent rarement à leur goût lorsqu'on la leur sert". Tyrion Lannister.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fantasque Time Line Index du Forum -> Discussions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 14, 15, 16  Suivante
Page 6 sur 16

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com